Économie
12:25 19 mars 2015 | mise à jour le: 19 mars 2015 à 12:25 temps de lecture: 3 minutes

Retombées confirmées pour le programme LogiRénov

INCITATIF. Accordant un crédit d’impôt pour les travaux d’amélioration résidentielle, le programme gouvernemental LogiRénov a fait croître de façon significative les activités de rénovation au Québec. Les retombées positives à plus d’un niveau sont confirmées par un sondage de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ).

Parmi les faits saillants de l’analyse menée au printemps et à l’automne 2014, il ressort que le crédit d’impôt a eu un impact positif sur le chiffre d’affaires de plus de 70% des rénovateurs en 2014. Pour 21% d’entre eux, l’impact a été de 10 à 25%, ce qui est considérable dans le contexte économique actuel.

«Nous constatons que LogiRénov a eu l’effet qu’escomptait le gouvernement. Les activités de rénovation ont augmenté significativement au Québec en 2014 et il est clair que le crédit d’impôt y est pour beaucoup», affirme Georges Lambert, économiste au service économique et affaires publiques de l’APCHQ.

Dans ses prévisions économiques, le regroupement patronal estimait que les dépenses de rénovation allaient progresser d’environ 10% pour les années 2014 et 2015. C’est près du double de la croissance moyenne. Cette accélération est attribuable aux crédits d’impôt ÉcoRénov (terminé) et LogiRénov. Seulement à Québec, cette initiative a profité à 37 000 ménages en 2014, ayant obtenu un crédit moyen de 1500$. Au passage, les travaux moyens estimés à 13 500$ ont permis de créer ou maintenir 3400 emplois.

Impacts économiques multiples

Pour le président de l’APCHQ région de Québec, Michel Parent, il est primordial que le gouvernement prolonge le programme LogiRénov au-delà de 2015. Autrement, il y voit un risque de créer un creux de vague dans le rythme du marché de la rénovation résidentielle dans toutes les régions de la province.

«Le crédit d’impôt accordé ne représente pas un réel manque à gagner pour le gouvernement, puisqu’il le récupère en taxes (TVQ) perçues sur les travaux additionnels réalisés. De plus, une mesure comme LogiRénov apporte des avantages sur plusieurs aspects. Cela fait tourner l’économie, crée des emplois et permet même de lutter contre le travail au noir, puisque les consommateurs doivent soumettre des factures émises par des entrepreneurs professionnels», évoque M. Parent.

Preuve de l’importance de cette industrie, en 2014 les investissements en rénovation au Québec ont atteint 12,2G$ selon Statistique Canada, une hausse de 8% par rapport à 2013. On anticipe que ces investissements pourraient atteindre 13,5G$ en 2015. À titre comparatif et pour mesurer l’ampleur du marché de la rénovation résidentielle, précisons que celui de la construction résidentielle neuve se situe à 8G$ pour la dernière année.

Comme un ralentissement du marché de l’habitation est anticipé ces prochaines années, il n’est pas étonnant que l’APCHQ ait fait du maintien de LogiRénov son principal cheval de bataille lors des consultations prébudgétaires du ministre des Finances, Carlos Leitao. «Les crédits d’impôt ont rapporté beaucoup à l’économie québécoise au cours des derniers mois et nous estimons que le gouvernement devrait prolonger le crédit LogiRénov, voire le rendre permanent, selon des modalités qui seraient définies», plaide M. Lambert.

Modalités LogiRénov

-Pour propriétaires d’une résidence principale

-Travaux exécutés par un entrepreneur qualifié

-Crédit d’impôt 20% des dépenses admissibles excédant 3000$

-Dépenses maximales 15 500$

-Crédit maximal 2500$

Pour plus d’information : www.revenuquebec.ca

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *