Actualités
16:17 20 janvier 2021 | mise à jour le: 19 janvier 2021 à 17:29 temps de lecture: 12 minutes

Retour sur les moments marquants de 2020

Retour sur les moments marquants de 2020
/Photo 123 RF

Rétrospective. En ce début d’année, Le Jacques-Cartier vous propose un retour sur les événements locaux qui ont retenu l’attention au cours des 12 derniers mois.

Pour les mois de janvier à juin, c’est ici!

Juillet

Se réapproprier les rues avec des autocollants

/Photo Métro Média – Laëtitia Boudaud

Un peu à bout de nerfs de voir les automobilistes circuler trop rapidement dans leur quartier résidentiel, deux parents ont eu l’idée d’utiliser les bacs roulants résidentiels pour faire passer leur message. Gabrielle Labonté et son conjoint sensibilisent les automobilistes à être plus prudents et à respecter les limites de vitesse avec des autocollants.

«Nous sommes des grands utilisateurs de la rue. Je fais de la course à pied avec mon conjoint et nos enfants aiment beaucoup jouer dehors. Il y avait une problématique avec les automobilistes qui roulaient trop rapidement dans notre quartier. C’est à ce moment que nous avons eu l’idée d’utiliser les bacs résidentiels pour faire de l’affichage préventif. Nous avons donc créé notre entreprise Affichage 4A», explique la mère de famille.

Pour lire l’article original

Le lac Beauport étouffe

/Photo gracieuseté

L’eau du lac Beauport manque d’oxygène, pouvait-on lire en juillet. C’est le constat fait alors par Agiro qui souligne que l’apport de nutriments et l’absence d’un réseau d’égout du côté nord du lac sont en cause. Toutefois, la situation s’améliore, assure Sonja Behmel, coordonnatrice scientifique chez Agiro et de Watershed Monitoring, et responsable de cette étude. «Un lac c’est un réacteur biologique. À un moment donné, il n’est plus capable de faire son travail, car on lui apporte trop d’éléments comme les sels de déglaçage et les abat-poussière.»

L’étude menée en 2018 montre que les herbiers aquatiques sont essentiels à la santé d’un lac, car ils capturent les nutriments essentiels à leur croissance en se nourrissant du phosphore et de l’azote tout en réduisant l’érosion des rives. Par contre, une prolifération rapide indique un apport excessif de nutriments dans l’écosystème. Leur présence sur le lac est passée de 16% en 2013 à 23% en 2018, soit 58% de la surface colonisable. La croissance d’algues et de plantes sous-marines diminue le taux d’oxygène dans l’eau.

Pour lire l’article original

Août

Un 2e livre pour Caroline Jacques

/Photo Métro Média – Archives

En août, Caroline Jacques troque son emploi de travailleuse sociale pour celui d’auteure et signe son 2e tome Une année à Bali. Globe-trotteuse dans l’âme, elle raconte sa vie en famille en 2012 avec ses deux filles tout en amenant le lecteur à travers cette culture hindoue imprégnée d’une autre langue. «J’invite le lecteur à réfléchir sur le tourisme de masse et son impact sur l’environnement.»

Caroline Jacques raconte que Carlie, le personnage principal du livre, est confrontée à cette culture où un bon nombre d’Occidentaux profitent de ce pays émergeant. «On voit beaucoup de très jeunes femmes se marier avec des hommes occidentaux de 15 à 25 ans plus âgés qu’elles ou des ententes entre familles. Je dénonce ça dans ce tome.» Ce séjour de six mois au Bali avec ses filles lui a permis de tisser des amitiés avec des voisins et de s’imprégner de la culture.

Pour lire l’article original

1150 installations septiques passées en revue en deux ans

/Photo gracieuseté – Agiro

L’organisme environnemental Agiro annonce qu’il réalisera d’ici 2021 l’inventaire de 1150 installations septiques autonomes (ISA), dont 700 en 2020. L’objectif est de constituer une base de données à des fins de recherches et de gestion du territoire. La Municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury a débuté en mai la seconde phase de l’inventaire des ISA présentes sur son territoire.

Ce projet vise à recenser des informations auprès des résidents, valider celles issues de la base de données municipale, en plus de réaliser un relevé sanitaire. Agiro, installé à Lac-Saint-Charles, profite de la visite de techniciens pour sensibiliser les propriétaires à l’importance de protéger le bassin du lac Saint-Charles qui est la principale source d’eau de la Ville de Québec.

Pour lire l’article original

Septembre

Traverse de Laval: Lac-Beauport souhaite interdire le trafic lourd

/Photo Métro Média – Archives

En septembre, le maire de Lac-Beauport, Michel Beaulieu, fait savoir qu’il souhaite la disparition des véhicules lourds sur la Traverse de Laval. Il soutient que cette route de transit, qui relie Lac-Beauport à Sainte-Brigitte-de-Laval, n’est pas conçue pour de telles charges. Le maire précise avoir déjà déposé une demande auprès du ministère des Transports afin d’interdire ce trafic qui ne fait que passer dans l’axe du Lac-Beauport pour aller ou revenir de Sainte-Brigitte-de-Laval. Michel Beaulieu rappelle qu’il a toujours affirmé que l’aide gouvernementale de 2,9M$, remise cet été pour la réfection de la Traverse de Laval, allait de pair avec une interdiction de transit du trafic lourd.

Pour lire l’article original

Fossambault-sur-le-Lac revampe son centre communautaire

/Photo Métro Média – Archives

La direction de la Ville de Fossambault-sur-le-Lac peut maintenant compter sur une nouvelle salle multifonctionnelle. Le projet de 3,1 M$ pour la construction du Centre communautaire Desjardins, reliant les locaux de l’hôtel de ville, a été rendu possible grâce à une aide financière de 2 201 550$ octroyée par le gouvernement du Québec et de 75 000$ provenant de la Caisse populaire Desjardins.

Le maire de la Ville, Jean Perron, a rappelé qu’il souhaitait depuis longtemps la construction d’une salle communautaire mieux adaptée aux réalités d’aujourd’hui. «L’ancien centre communautaire datait d’une quarantaine d’années et il ne respectait plus les normes de sécurité, d’hygiène et de qualité de services.» Les travaux de construction ont été précédés par la démolition de l’ancien bâtiment.

Pour lire l’article original

Octobre

Un ultra marathon d’enfer de 1017 km pour 22 cyclistes

/Photo Métro Média – Archives

Henri Do remportait en 46 heures et 27 minutes la 6e édition de l’ultra Défi, la plus longue et plus difficile course de vélo au Canada représentant un parcours de plus de 1017 km et plus de 11 000 mètres de dénivelé positif qu’ils devaient boucler en moins de 62h. Un total de 13 des 22 cyclistes inscrits étaient présents au moment du départ du Manoir du Lac-Delage.

Abandons, température exécrable, froid, pluie, orage et vent, l’édition 2020 restera un moment marquant pour les participants dont quatre seulement ont franchi la ligne d’arrivée. Malgré leur entraînement, les cyclistes amateurs ont vécu des moments difficiles et parfois pénibles qui ont mené l’abandon. C’est la première fois que l’épreuve avait comme point de départ la région de Québec, toutes les autres ayant été lancées de Saguenay.

Pour lire l’article original

Le Camp Mercier refait à neuf pour 10,4 M$

/Photo Métro Média – Archives

La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) profite du 50e anniversaire du Camp Mercier pour annoncer la construction d’un nouveau chalet qui sera inauguré le printemps prochain. Lors du point de presse tenu l’automne dernier au Camp Mercier, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, et le président-directeur général et président-directeur général de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), Jacques Caron, ont signifié tour à tour l’importance de cette mise à niveau. «Le chalet offrira un environnement multifonctionnel qui répondra aux besoins des passionnés qui fréquentent la réserve faunique des Laurentides et le parc national de la Jacques Cartier.»

La pandémie a jeté un grain de sable dans l’engrenage puisque sa construction devait être complétée en décembre. Le ministre justifie l’investissement de 10,4 M$ pour la reconstruction du chalet par le fait qu’il touche surtout la santé physique et le bien-être des personnes fréquentant ce centre plein air.

Pour lire l’article original

Novembre

La neige attendue par le touriste hivernal

/Photo Métro Média – Archives

Un bon nombre de concessionnaires étant en rupture de stock, la saison de motoneige 2020 risque bien de passer à l’histoire quant au nombre de véhicules qui circuleront sur les sentiers. Confinés au Québec, un bon nombre de «snowbirds» vont redécouvrir ce tourisme hivernal.

Les clubs de motoneige Le Petit Sentier et de La Jacques-Cartier se préparaient alors fébrilement tant au niveau de la machinerie qu’à celui des mesures de sécurité. «Nos cinq surfaceuses sont prêtes pour l’hiver, les patrouilleurs sont en formation et nos équipes de bénévoles font la pose des panneaux de signalisation sur nos sentiers.» Robert Brandchaud, porte-parole du club Motoneiges de la Jacques-Cartier, précise que le nombre de patrouilleurs et d’auxiliaires a été doublé en prévision de la saison hivernale.

Pour lire l’article original

Un réseau électrique plus sûr à Stoneham

/Photo Métro Média – Archives

Hydro-Québec a effectué d’importants travaux d’amélioration de son réseau reliant le point de service de Charlesbourg et le secteur de Stoneham sur le boulevard Talbot. D’une longueur de 5,7 km, l’objectif était d’augmenter de 25% la capacité de charge avant la saison hivernale.

«Cette hausse est due à l’augmentation de la population dans le secteur de Stoneham surtout en prévision de l’hiver», commentait Marc-Antoine Ruest, conseiller en relation avec le milieu chez Hydro-Québec. Les travaux représentent un coût de 7 M$ environ et devaient être terminés au plus tard en décembre.

Pour lire l’article original

Cure de rajeunissement à la Station touristique Duchesnay

/Photo gracieuseté

Le gouvernement du Québec offre une cure de rajeunissement à la Station touristique Duchesnay, à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, en injectant une somme de 8,4 M$. Les nouvelles installations, comprenant 14 chalets et l’ajout d’infrastructure, seront accessibles à l’été 2021.

L’emplacement héberge également le centre de formation des agents de protection de la faune. Le coût de reconstruction des chalets représente 4,7 M$ tandis qu’une somme additionnelle de 3,7 M$ servira au raccordement aux réseaux d’électricité, d’égouts, d’eau courante, la réalisation des voies d’accès, les aménagements extérieurs, l’ameublement et les honoraires professionnels. Les nouvelles habitations pourront accueillir de 4 à 16 personnes. De plus, l’architecture de l’auberge, qui a profité d’importants travaux de mise à niveau en 2018, a grandement inspiré l’architecture des nouvelles constructions.

Pour lire l’article original

Décembre

La quête d’excellence de Rafaelle Carrier

/Photo gracieuseté

En décembre, on fait la connaissance de Rafaelle Carrier. La jeune athlète de 13 ans vient de signer une saison parfaite en 2020 alors qu’elle a remporté les neuf compétitions provinciales auxquelles elle a pris part. Une année exceptionnelle qui l’a sacrée athlète espoir féminin de l’année de vélo de montagne lors du Mérite cycliste québécois 2020.

«J’étais vraiment super contente! Ça me démontre que quand tu investis des efforts dans quelque chose, tes efforts seront récompensés tôt ou tard. Je ne me voyais pas nécessairement de cette façon, mais le fait de remporter ce prix me motive énormément pour l’année prochaine», mentionnait l’adepte de cyclisme.

Pour lire l’article original

La Traverse de Laval enfin sécuritaire

/Photo Métro Média – Archives

Les travaux de réfection de la Traverse de Laval, qui ont fait couler beaucoup d’encre en 2020, sont officiellement terminés. Reconnue par le CAA à quelques reprises comme l’une des pires routes au Québec, la réfection de la Traverse de Laval, entamée le 10 août, a coûté au total 4,14 M$.

«Treize ponceaux ont été refaits complètement. La Traverse de Laval est maintenant beaucoup plus sécuritaire et plus large pour les piétons et les vélos», souligne le maire de Lac-Beauport, Michel Beaulieu. Les travaux réalisés comprennent la remise à niveau de la voirie, l’aménagement d’une entrée de ville, la construction d’intersections surélevées, la mise en place d’une bande cyclable entre le chemin du Tour-du-Lac et le chemin du Lac-Tourbillon, la réparation des glissières de sécurité, le marquage de la chaussée ainsi que l’ensemencement de gazon.

Pour lire l’article original

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *