Actualités
13:37 31 mars 2016 | mise à jour le: 31 mars 2016 à 13:37 Temps de lecture: 2 minutes

Un premier vélo-pupitre pour une école de Stoneham

CONCENTRATION. Une enseignante de l’école du Harfang-des-Neiges a fait l’acquisition pour sa classe d’un vélo-pupitre afin d’aider les élèves à se concentrer.

Karine Veilleux est enseignante en 6e année à l’école primaire du Harfang-des-Neiges à Stoneham-et-Tewkesbury. Intéressée à développer de nouveaux outils pour les élèves qui ont besoin de se recentrer, elle a demandé à sa direction si elle pouvait acquérir un vélo-pupitre. C’est la sœur de Mme Veilleux, habitant dans la région de Montréal, qui lui a donné l’idée; les enfants de celle-ci allant dans une école ayant cette installation. Ses élèves l’ont inspirée aussi pour mener à bien la demande. Malgré l’enthousiasme, une installation de ce type coûte cher, et le projet s’est réalisé grâce à la subvention de l’organisme Canton s’active qui soutient les projets particuliers de l’école.

Avant Noël, la directrice de Canton s’active a donné une réponse positive à Mme Veilleux. La compagnie québécoise Bouger pour réussir qui conçoit ces vélos a livré le vélo deux semaines avant la relâche.

Une conséquence positive

Karine Veilleux n’utilise pas le vélo-pupitre uniquement pour les élèves ayant un TDAH ou un déficit d’attention, elle l’utilise dès que l’enfant a besoin de réfléchir ou pour canaliser son énergie.

«Ce n’est pas magique, ça ne règle pas tout, mais c’est un moyen de gestion parmi d’autres. Cela permet de réaligner l’élève sans que ce soit perçu comme négatif. Ça fait le même effet qu’un coin retrait. Ça permet de recentrer son énergie à la bonne place, c’est comme quelqu’un qui irait prendre une marche pour se changer les idées, ça fait le même effet», a déclaré l’enseignante.

Accueil dans la classe

«Les élèves sont très enthousiastes et ont vraiment envie de l’essayer», soutient Mme Veilleux. La nouveauté est bénéfique. Le vélo est installé au milieu de la classe à côté de la fenêtre et son pédalier est très silencieux donc ne dérange aucunement les élèves, d’après Mme Veilleux. «On dirait que lorsqu’un élève y est, ça apaise les autres», soutient l’enseignante.

La direction de l’école voit le vélo-pupitre comme un projet-pilote dont le succès s’avère probant.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *