Actualités
18:49 22 juillet 2011

Shannon se dote d’un Centre d’interprétation de son histoire ferroviaire

La municipalité de Shannon a procédé ce matin à l’inauguration officielle du Centre d’interprétation de son histoire ferroviaire qui est situé à l’intérieur du wagon de queue «caboose» qu’on a installé aux abords de la Vélopiste Jacques-Cartier/Portneuf près de la rivière Jacques-Cartier.

«Nous inaugurons en quelque sorte un petit musée de l’histoire des trains de Shannon, a indiqué le maire de la municipalité de Shannon, Clive Kiley. On pourra y faire des lectures fort intéressantes sur ce qui a marqué la construction d’une voie ferrée d’une quarantaine de kilomètres en lisses de bois qui a été utilisé pendant quatre ans pour relier Shannon au quartier Saint-Sauveur à Québec. Cette construction a duré pendant deux ans, ce qui s’avérerait impossible à réaliser de nos jours. Je voudrais remercier l’historie ferroviaire Marc-D. Carrette pour le travail abattu dans ce dossier.»

Ce dernier a précisé que l’histoire ferroviaire l’avait toujours intéressé pour la technologie utilisée et l’architecture qui a marqué cette industrie.

«C’est en 1985 et ensuite en 1990 que je me suis intéressé à la Québec and Gosford Wooden Rail Road, de dire M. Carrette. J’ai finalement couché sur pied l’épopée ferroviaire de Shannon en 2007. J’ai été particulièrement impressionné par l’ingéniosité et le défi relevé vers la fin des années 1860 des gens qui voulaient sauver la Ville de Québec qui était aux prises avec une pénurie de bois. Comme il était difficile de se procurer du métal en raison de la guerre civile américaine, on a construit 40 kilomètres de rails en lisses de bois. Le principal problème à surmonter a été d’ériger un pont de bois muni de rails de bois au-dessus de la rivière Jacques-Cartier, lequel était en mesure de permettre à une locomotive de 30 tonnes de le franchir sans problème.»

À la suite de ces recherches, Marc-D. Carrette a approché la municipalité en 2006 pour savoir si elle était intéressée à créer un centre d’interprétation sur son histoire ferroviaire.

«Dès ce moment, nous avons effectué des démarches pour acquérir le «caboose» qui était inutilisé à Senneterre en Abitibi. La municipalité est allée le chercher et l’a refait à neuf à l’exception de la base de métal. Nous avons pu le rénover à partir des plans détaillés fournis par le Canadien National, lesquels parlaient de l’épaisseur des planches jusqu’à la longueur des clous et des vis et leur position dans le «caboose». Mes recherches m’ont également permis de découvrir des vestiges du chemin à lisses de bois et de la scierie construite près de la chute Connely. C’est d’autant plus intéressant que les intéressés peuvent aussi les voir s’ils le désirent», de conclure Marc-D. Carrette.

La municipalité de Shannon a investi au cours des cinq dernières années une somme d’environ 100 000 $ pour concrétiser la mise en place de son centre d’interprétation dans le «caboose».

«Ce montant inclut tous les frais inhérents à ce projet, soit les coûts de transport pour emmener le wagon de queue «caboose» de Senneterre à Shannon, les réparations du wagon, le graphisme, les panneaux installés à l’intérieur du centre, la recherche historique, etc. Nous sommes très heureux d’Avoir cette infrastructure en nos murs et nous espérons que les visiteurs se déplaceront nombreux pour apprendre l’histoire ferroviaire de notre municipalité», a conclu le maire de Shannon, Clive Kiley.

Le Jacques-Cartier, membre du Groupe Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *