Actualités
13:53 15 juin 2018 | mise à jour le: 15 juin 2018 à 13:53 Temps de lecture: 3 minutes

Mérule pleureuse: de l’aide et de l’espoir

Les sinistrés de la mérule pleureuse voient enfin de la lumière au bout du tunnel. Le gouvernement du Québec a annoncé le 3 avril dernier le versement d’aides financières totalisant près de 5,6 M$ pour soutenir les propriétaires qui vivent le cauchemar de leur maison contaminée par ce champignon dévastateur.

Dominique Rainville et son conjoint accueillent favorablement l’aide annoncée du gouvernement du Québec

Diverses actions seront entreprises dans les prochaines semaines. D’abord, le provincial va octroyer, par la Société d’habitation du Québec, une subvention de 180 000$ sur quatre ans à l’organisme Mérule pleureuse Québec pour appuyer son fonctionnement. Un premier versement de 45 000 $ vient d’être remis à cet organisme qui accompagne et informe les propriétaires touchés.

Une subvention de 200 000$ sera aussi acheminée à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, organisme affilié à l’Université Laval, pour la réalisation d’un projet de recherche visant à améliorer les connaissances sur la mérule pleureuse au Québec.

Le Bureau de normalisation du Québec aura pour sa part le mandat d’élaborer une norme visant à encadrer les travaux de décontamination des bâtiments touchés. Enfin, l’ensemble des modalités sera défini au cours des prochains mois.

«Ça fait plus de quatre ans que les familles sinistrées tentent de faire bouger les choses, explique Dominique Rainville, sinistrée de Lac-Beauport et mère de deux jeunes enfants. Nous sommes heureux de voir le gouvernement aider la cause.»

Campagne de socio-financement

Dominique Rainville a appris en 2016 que sa maison était contaminée. «Nous devons complètement détruire notre maison. Pour l’instant, nous n’avons aucune idée quand et comment nous recevrons l’aide gouvernementale.»

La famille sollicite donc l’aide de commanditaires entrepreneurs qui, en échange de services et de matériaux, auront de la visibilité dans les médias. Les entreprises intéressées peuvent se rendre sur le site créé par la famille, http://www.lamaisonritjaune.com.

Effets sur la santé

La mérule pleureuse, nommée aussi le «cancer du bâtiment», s’attaque au bois et entraine sa décomposition. Ce champignon se développe dans des milieux sombres, humides et avec peu de ventilation. Il peut prendre plusieurs années à se développer avant d’être visible. Lorsqu’il devient visible, le bâtiment infecté est déjà dans un état de détérioration grave. Il peut entrainer plusieurs problèmes de santé pour les occupants des maisons contaminées, comme des maladies du système respiratoire et des allergies. 

Surnommée La maison rit jaune, cette demeure de Lac-Beauport devra être démolie en raison de sa contamination à la mérule pleureuse

Photo gracieuseté – Simon Fortin

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *