Actualités
20:55 11 novembre 2009 | mise à jour le: 11 novembre 2009 à 20:55 temps de lecture: 3 minutes

Jour du Souvenir à la garnison Valcartier

Quelque 2 000 militaires, membres de la famille et amis se sont réunis en fin d’avant-midi pour assister à la traditionnelle parade du jour du Souvenir, à la garnison de Valcartier.

Le rassemblement était notamment composé de militaires provenant du 5e Groupe de soutien de secteur, du 5e groupe-brigade mécanisé du Canada, ainsi que d’autres unités de la garnison d’anciens combattants.

Plusieurs instants de silence en l’honneur des soldats disparus sont venus ponctuer la cérémonie. Depuis que les troupes canadiennes sont en mission en Afghanistan, 133 militaires sont morts, dont 23 de la garnison de Valcartier. De ce nombre, 13 d’entre eux sont morts lors du dernier contingent.

Hugues Bouchard, aumônier à la base de Valcartier, a accompagné récemment des familles de militaires dans le deuil. «Je suis près des préoccupations des militaires. Un conflit armé n’est pas ce qu’on veut; on souhaite la paix», dit-il.

L’hymne national a suivi le défilé des troupes. L’aumônier Bouchard a lu quelques prières. Après une période de silence, la pièce «Le Réveil» et la lecture de narratifs, des couronnes de fleurs ont été déposées.

Le tout s’est terminé par la lecture d’un message en mémoire des soldats canadiens par des élèves de l’école Dollard-des-Ormeaux, ainsi qu’une envolée de colombes.

Croire à la mission

Cette cérémonie a revêtu un caractère particulier pour plusieurs. L’émotion chez certains était palpable. Le sergent Étienne Aubé a participé à sa dernière mission l’été dernier, dont il se remet encore. C’est en patrouillant un secteur qu’une bombe l’a atteint et lui a fait perdre sa jambe droite.

«J’ai des hauts et des bas. Le plus difficile est de réaliser qu’on est handicapé. Avant, j’étais très actif. Notre travail, on y croit pour réaliser la mission. (…) je n’hésiterais pas une seconde à y retourner», a-t-il affirmé.

Julie Lebrasseur est aussi parmi les personnes touchées. Conjointe du caporal Martin Dubé, tué le 14 juin dernier, elle souligne l’importance de se souvenir des soldats décédés, «même si on n’est pas d’accord avec les conflits». «Ce qui est le plus ardu, c’est d’expliquer aux gens qui ne comprennent pas ce qui se passe là-bas», ajoute-t-elle.

Dans les prochaines semaines, trois groupes d’une centaine de militaires déployés en Afghanistan reviendront au bercail. Rappelons que le jour du Souvenir, aussi connu comme le jour de l’Armistice, commémore chaque année les sacrifices de la Première Guerre mondiale et d’autres guerres. Le 11 novembre rappelle la signature de l’Armistice mettant fin à la Première Guerre mondiale, en 1918.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *