Actualités
19:36 4 juin 2010 | mise à jour le: 4 juin 2010 à 19:36 temps de lecture: 3 minutes

Développement dans la couronne nord : un moratoire injustifié selon la MRC de la Jacques-Cartier

Le préfet de la MRC de la Jacques-Cartier, Jacques Marcotte, ainsi que les maires des municipalités qui la forment, ont déploré l’approche du maire de Québec qui désire instaurer un règlement de contrôle intérimaire qui restreindrait la réalisation de nouveaux projets immobiliers ou domiciliaires. Il n’y a aucun motif qui justifie l’utilisation de moyens coercitifs à l’égard des neuf municipalités qui coiffent Québec au nord, selon le préfet de la MRC de la Jacques-Cartier.

Jacques Marcotte, aussi maire de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, s’est dit «déçu» que le maire Labeaume se soit «contenté de livrer de l’information partielle et peu crédible» lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 31 mai dernier.

Les activités des municipalités situées au nord de Québec n’influenceraient pas tant la qualité de l’eau du lac Saint-Charles que le laisse entendre le maire de Québec et président de la Communauté métropolitaine de Québec, Régis Labeaume. M. Marcotte a indiqué que les rejets de phosphore par les stations d’épuration des eaux de Lac-Delage et Stoneham sont dix fois inférieurs à la norme provinciale.

Un tel moratoire qui empêcherait toute construction dans le bassin versant du lac Saint-Charles aurait des «conséquences extrêmement néfastes pour la MRC de la Jacques-Cartier», évalue le préfet.

Pour le maire de Lac-Beauport, Michel Beaulieu, «c’est énorme» le nombre de projets qui seraient affectés par un tel moratoire. Une cinquantaine de permis sont délivrés chaque année et une grande proportion de ceux-ci seraient affectés par le règlement que veut mettre de l’avant le président de la CMQ, Régis Labeaume.

Les neuf maires souhaitent que le maire Labeaume range «son épée de Damoclès», sans quoi ils exerceront «les pouvoirs que la loi leur donne».

Selon Jacques Marcotte, l’endroit où s’ajoutent le plus de contaminants dans l’eau, en amont de la prise d’eau, se situe entre le lac et la prise d’eau. Bref, dans le district de Lac-Saint-Charles. Faut-il le rappeler, la prise d’eau se situe dans le quartier Château-d’Eau du district de Loretteville.

Le préfet Marcotte a indiqué que les fosses septiques sont inspectées régulièrement dans ces neuf municipalités et qu’ils sont remplacées lorsque désuètes.

Patrick Émond, chargé de projet en environnement et développement durable à la MRC de la Jacques-Cartier, a admis qu’il n’y avait pas encore de réglementation uniforme dans l’ensemble du bassin versant. L’uniformisation se fera sur la base de normes sévères, selon lui, comme cela est le cas pour certaines municipalités.

Le président de la CMQ et maire de Québec a convoqué une rencontre extraordinaire de la Communauté métropolitaine de Québec mercredi prochain. Jacques Marcotte s’est dit «rassuré» d’avoir l’appui des autres municipalités régionales de comté dans ce dossier.

Rappelons au passage le slogan de la CMQ : «Bâtir. Dans un même esprit.» Ironique, tout de même.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *