Actualités
17:00 2 janvier 2016 | mise à jour le: 2 janvier 2016 à 17:00 temps de lecture: 3 minutes

Deux femmes de défis dans les MRC voisines à Québec

PERSPECTIVE. Toutes deux voisines de la ville de Québec, les MRC de La Jacques-Cartier et de la Côte-de-Beaupré ont chacune leurs défis et leurs ambitions, auxquels leurs préfètes respectives s’attarderont durant l’année 2016.

Élue à la tête de la MRC de la Côte-de-Beaupré en septembre dernier, Parise Cormier, mairesse de Saint-Ferréol-les-Neiges, a voulu s’impliquer à la préfecture pour donner une vision régionale aux enjeux de la Côte. «On a plusieurs dossiers où on ne peut plus travailler en silo, comme la revitalisation de la route 138», assure-t-elle.

Nouvellement installée à la chaise du préfet, la mairesse de Lac-Beauport, Louise Brunet, tente de trouver un fil conducteur reliant toutes les municipalités de la MRC de la Jacques-Cartier. «On a un territoire très grand, séparé par la base militaire de Valcartier, expose-t-elle. J’aimerais qu’on travaille à trouver un point d’ancrage auquel toutes les villes pourraient s’identifier pour développer un sentiment d’appartenance.»

Eau potable: source de défis

Affectant directement son territoire, Louise Brunet affirme être en accord avec le moratoire adopté par la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) sur la construction autour des bassins versants du lac Saint-Charles. «Je ne le vois pas comme si on nous l’avait imposé, déclare-t-elle. Si la situation était inversée, on demanderait la même chose.» Bien qu’elle ait représenté la position des maires de sa MRC en votant contre le projet, elle dit croire cependant que c’est en travaillant de pair avec les autres intervenants qu’on obtient des résultats. «Il est moins cinq», estime-t-elle.

La suite à la page suivante.

 

 

Tourisme: une priorité partagée

Zone passante entre Québec et Charlevoix, la Côte-de-Beaupré veut s’attarder en 2016 à garder les touristes un peu plus longtemps chez elle. «On a déjà plusieurs projets qui vont dans ce sens, comme le train léger de Charlevoix qui s’arrête à la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré et la revitalisation du quai de Sainte-Anne», rapporte-t-elle. Du travail reste à faire autour du plateau du Mont-Sainte-Anne pour dynamiser le secteur. «Ça prendrait une tête pensante pour donner une direction au développement, un peu comme un chef d’orchestre», illustre la mairesse de Saint-Ferréol-les-Neiges.

Du côté de la MRC de La Jacques-Cartier, on compte miser sur l’aspect ludique des activités avec comme ligne directrice d’être le «plus grand terrain de jeux de Québec». «On a une panoplie d’activités qui peuvent aussi bien plaire aux familles du coin qu’aux amateurs de plein air de la ville de Québec», juge Louise Brunet. Des vidéos promotionnelles seront réalisées pour mousser cette réputation.

Femme et préfecture

Pour les deux élues, le fait que deux nouvelles femmes arrivent à la table des élus dans la région de Québec apporte un vent de changement à leur travail. «On a une vision différente sur comment travailler, mais on continue quand même de travailler en équipe», croit Louise Brunet. Pour Parise Cormier, le choix des dossiers traités peut être différent avec des femmes autour de la table. «Oui, le développement économique reste important, mais tout le côté social l’est aussi, renchérit-elle. Je peux soulever ma propre vision dans des dossiers que je juge importants, comme la famille ou les aînés.»

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *