Actualités
19:45 5 mai 2014 | mise à jour le: 5 mai 2014 à 19:45 temps de lecture: 3 minutes

700 chutes sur les chantiers de construction en 2013, c’est trop!

PRÉVENTION – Au cours des récentes années, il se produit en moyenne près de 700 chutes par an sur les chantiers de construction au Québec. C’est environ deux accidents par jour qui pourraient être évités par des mesures préventives.

Ces chiffres ont été dévoilés par la Commission de santé et sécurité au travail (CSST), à l’occasion du lancement de sa une nouvelle campagne de sensibilisation qui vise à prévenir les chutes dans l’industrie de la construction. Les chutes de hauteur représentent une part importante des lésions enregistrées dans ce secteur. Des lésions souvent graves, voire mortelles. On déplore trois décès en 2013.

Pourtant, des moyens de prévention existent pour contrer ces accidents. C’est pourquoi, à l’aube de la saison forte dans l’industrie de la construction, la CSST rappelle aux employeurs et aux travailleurs du secteur qu’il est essentiel de prendre les moyens pour prévenir les chutes. La campagne s’étendra tout le mois de mai et sera renforcée par des affiches à proximité des chantiers et des messages à la radio

«Le Code de sécurité pour les travaux de construction est très explicite. Tout travailleur doit être protégé s’il s’expose à un danger de chute de plus de trois mètres. Cela peut être empêché à l’aide de garde-corps, ou limiter par l’installation de filet, sinon éviter par l’usage de harnais», explique Dorothée Vallée, spécialiste en prévention à la CSST.

Méthodes de travail

Les méthodes de travail évoluent et permettent dans certains cas de réduire le travail en hauteur, afin de diminuer les risques de chute. Par exemple, l’assemblage au sol est une technique moderne de construction qui permet, entre autres, de construire un toit au sol pour ensuite le hisser à l’aide d’une grue.

Reste que le milieu de la construction a des habitudes téméraires bien ancrées. Le nombre de chutes reste stable autour d’une moyenne de 679 par an au cours des cinq dernières années, alors que les heures travaillées ont augmenté. La CSST y voit donc amélioration, mais après chaque enquête sur le site d’un accident de travail, elle constate toujours qu’il y a eu un manquement à la sécurité. D’ailleurs, on recense 878 arrêts de travail sur les chantiers de construction du Québec pour cette même raison en 2013.

Accidenté du travail à la suite d’une chute de hauteur sur un chantier résidentiel qui l’a cloué à un fauteuil roulant et conférencier en prévention, Jonathan Plante est venu renforcer le message de la CSST. «Je demande aux gars de chantier qui perçoivent un risque potentiel à la sécurité de penser à deux choses : les répercussions qu’une blessure grave pourra avoir sur vos proches et sur vos activités préférées. Dans mon cas, j’ai joué ma dernière partie de hockey à vie la veille de mon accident. De plus, je dois me priver de petits plaisirs de la vie, comme accompagner mes enfants à la plage ou lors de leurs premiers coups de patin.»

Réalité des accidents de travail en 2013

-90 000 lésions corporelles recensées au Québec

-1,9 G$ en prestations versées par la CSST

-200 000 employeurs cotisants et 3,7 millions de travailleurs bénéficiaires

Pour plus d’information sur la prévention des accidents de chantier ou voir une capsule-témoignage de Jonathan Plante : www.dangerconstruction.ca

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *