Le Jacques-Cartier
16:51 8 septembre 2020 | mise à jour le: 9 septembre 2020 à 12:04 temps de lecture: 3 minutes

Le Camp Mercier refait à neuf pour 10,4 M$

De gauche à droite, Sylvain Boucher, directeur de la Réserve faunique des Laurentides, Jacques Caron et Pierre Dufour. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo gracieuseté – Sépaq)
Le construction du garage sera complétée avant l’arrivée de l’hiver. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo gracieuseté – Sépaq)
(Photo gracieuseté – Sépaq)
La superficie du bâtiment sera de 1000 mètres carrés soit un peu plus grande que l’ancien chalet. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo gracieuseté – Sépaq)

PLEIN AIR. La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) profite du 50e anniversaire du Camp Mercier pour annoncer la construction d’un nouveau chalet qui sera inauguré le printemps prochain. Des roulottes seront installées temporairement afin de permettre aux adeptes de plein air de profiter du site pendant les prochains mois.

Lors du point de presse tenu ce matin au Camp Mercier, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, et le président-directeur général et président-directeur général de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), Jacques Caron, ont signifié tour à tour l’importance de cette mise à niveau. «Le chalet offrira un environnement multifonctionnel qui répondra aux besoins des passionnés qui fréquentent la réserve faunique des Laurentides et le parc national de la Jacques Cartier.» La pandémie a jeté un grain de sable dans l’engrenage puisque sa construction devait être complétée en décembre.

«On a vu cet été tout le poids d’affection exercé par les destinations plein air. Chaque visiteur d’un établissement de la Sépaq dépense quotidiennement en moyenne 62$. On espère attirer quelque 40 000 fondeurs par année.»
-Pierre Dufour

Le ministre justifie l’investissement de 10,4 M$ pour la reconstruction du chalet par le fait qu’il touche surtout la santé physique et le bien-être des personnes fréquentant ce centre plein air. «Je me réjouis de la place qui est faite au bois dans cette construction. En plus d’être construit en bois, le bâtiment du Camp Mercier sera chauffé en utilisant des granules de bois. «Il s’agit d’un choix avisé et écoresponsable qui repose sur des ressources naturelles renouvelables.»

Jacques Caron souligne, de son côté, que le nouveau bâtiment sera multifonctionnel et permettra au public d’avoir accès à un bâtiment spacieux, pratique, accueillant et chaleureux avec une fenestration généreuse et des aménagements extérieurs invitants. «Il comprendra une zone d’accueil, une aire de restauration, un dépanneur, une salle multifonctionnelle, un espace de location d’équipement et une salle de fartage. Il hébergera également une école de ski.»

L’endroit desservira également la clientèle du parc national de la Jacques Cartier qui fréquente le secteur des plateaux dans l’arrière-pays. «Il est un incontournable pour les fondeurs et raquetteurs.»

Le Camp Mercier au fil des saisons

Hiver

70 km de pistes de ski de fond
33 km de sentiers de raquette
5 refuges de ski de fond
19 chalets en location
2 patinoires
2 glissades

Été
Pêche avec séjour en chalet et à la journée
Activité de formation Pêche en herbe
Villégiature : vélo, canot, randonnée
Observation de l’ours
Accueil d’étudiants et de chercheurs
Automne
Chasse à l’orignal
Chasse quotidienne au petit gibier
Hébergement
Observation de l’orignal

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Monique Landry

    Ils font comme s’il n’existait pas de voitures ni de stationnement? Un peu surréel.