Sports
13:39 31 janvier 2020

Une fille chez les petits Remparts

Une fille chez les petits Remparts
Marilou Grenier est très fière d’avoir réussi à obtenir un poste chez les As de Québec pee-wee AAA. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

HOCKEY. La gardienne de but Marilou Grenier est l’un des deux cerbères de la formation pee-wee AAA des As de Québec. C’est la formation qui a été choisie pour représenter les mini-Remparts au prochain Tournoi international de hockey pee-wee de Québec. Une situation assurément rarissime.

Le directeur du tournoi internation de hockey pee-wee de Québec, Patrick Dom, ne se souvient pas d’une fille qui aurait porté l’uniforme des mini-Remparts. «J’ai posé la question à mon entourage. Il y a évidemment beaucoup de filles qui ont joué avec les garçons au cours des années, mais personne ne se souvient d’une fille ayant porté l’uniforme des mini-Remparts. Il faudrait éplucher nos archives pour être certain, mais ce qui est évident, c’est qu’on peut les compter sur les doigts d’une main.»

Marilou Grenier semble toujours très déterminée à atteindre ses objectifs. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Lorsqu’informée de cette situation, l’athlète originaire de Boischatel semblait vraiment impressionnée de la situation. «C’était déjà mon rêve de représenter les mini-Remparts au tournoi pee-wee. Je vais très souvent voir jouer les vrais Remparts au Centre Vidéotron et c’est mon équipe préférée. Je me sens vraiment privilégiée de savoir que je suis possiblement la première, ce sera un grand honneur de porter les couleurs de la formation», explique la jeune fille de 13 ans.

Adversité

Si le rêve de Marilou est sur le point de se réaliser, elle peut se donner une tape dans le dos pour le travail accompli lors de la dernière année. La gardienne n’avait pas réussi à se tailler un poste avec les As de Québec l’an dernier. «J’étais vraiment déçue, mais les entraîneurs m’ont demandé de travailler mon jeu derrière le filet et d’améliorer mon bloqueur. Je suis revenue beaucoup plus confiante au camp cette année. J’ai amélioré ce qu’ils m’avaient demandé et cette fois-ci, j’ai fait l’équipe. J’étais tellement contente!»

Marilou Grenier en pratique. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Nervosité

La jeune fille de 13 ans a toujours compétitionné avec les gars et ne semble aucunement intimidée d’évoluer avec le sexe opposé. «Le jeu des gars est beaucoup plus rapide et j’aime vraiment mieux ça. Je ne suis pas du genre à me laisser marcher sur les pieds de toute façon.»

L’athlète semble appréhender un peu plus sa participation au gros tournoi de février. «J’ai vraiment hâte et je suis un peu nerveuse. C’est un gros amphithéâtre et il va y avoir beaucoup de partisans. J’aimerais vraiment faire un match complet et voir notre équipe gagner la catégorie», avoue celle qui rotationne à chaque partie avec l’autre gardien de but des As de Québec.

Idoles et objectifs

Le parcours inspirant de Marilou pourra possiblement influencer d’autres joueuses de hockey dans le futur. Deux athlètes ont d’ailleurs inspiré la cerbère de Boischatel plus que les autres. «J’aime beaucoup Marc-André Fleury. Il est un excellent gardien de but et j’adore son attitude. Il sourit toujours. J’aime aussi Manon Rhéaume, j’ai fait des recherches sur elle à l’école et elle a connu une superbe carrière. Elle a d’ailleurs excellé au tounoir pee-wee. J’ai regardé plusieurs vidéos d’elle. J’aimerais avoir une carrière similaire. Mon but est de faire le midget AAA féminin et ensuite d’évoluer avec les Titans de Limoilou dans quelques années et possiblement un jour faire l’équipe nationale», affirme celle dont les rêves ont tendance à se matérialiser.

Marilou Grenier avec une légère période de repos. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Line Renaud

    Allo Ma belle Marilou , je ne suis vraiment pas surprise de te voir là! Bravo ma grande ne lâche pas ! Mme Line xxx

  • Marie-Noel

    Aucune fille a porté les couleurs des Remparts mais Christine Simms de l’Express de la Rive-Sud avait porté les couleurs des Nordiques vers la fin des années 80