Communaute
15:59 12 octobre 2011 | mise à jour le: 12 octobre 2011 à 15:59 Temps de lecture: 3 minutes

La province rédemptoriste de Sainte-Anne-de-Beaupré centenaire

Les premiers Rédemptoristes sont arrivés au Canada français en 1878 directement de Belgique. Ce n’est que 33 ans plus tard que les canadiens ont pu s’émanciper des Belges pour fonder la province rédemptoriste de Sainte-Anne-de-Beaupré. C’était le 26 juillet 1911. La congrégation n’a pas manqué de célébrer cet anniversaire important dernièrement. La communauté a reçu de nombreux invités venus leur transmettre leur appui par cette période difficile. « Ces festivités ont été pour nous une apothéose de joie historique», affirme le Père Mario Bois, C.Ss.R., supérieure provincial.

Célébrées sous le thème « Sur les pas du Rédempteur »,les fêtes du 100e anniversaire se sont déroulées en deux étapes. D’abord le 30 juillet, les Rédemptoristes ont accueilli plus de 550 de leurs parents, collaborateurs laïcs et amis sous un immense chapiteau monté spécialement pour l’occasion. La journée champêtre a entre autre été l’occasion du renouvellement des vœux de quatre étudiants rédemptoristes, trois d’origine haïtienne et un autre d’origine vietnamienne. « C’était une cérémonie émouvante et solennelle. Nous sommes vraiment très heureux d’avoir des confrères qui viennent ainsi nous prêter main forte », affirme le Père Bois.

Un rassemblement international

Ensuite, les 28 et 29 septembre derniers, quelque 200 personnes en provenance du Canada, de France, du Vietnam, du Japon et d’Haïti ont participé à un événement qui se voulait plus interne. Un panel était organisé et portant sur « les défis et les voies d’avenir de la vie religieuse dans une Église et une société en transformation ». « Les participants ont ravis des panélistes », croit le père Boies. À la suite d’un banquet festif, Monseigneur Maurice Couture, r.s.v., Archevêque émérite de l’Archidiocèse de Québec, a présidé l’eucharistie, qui a été suivie d’une procession au flambeau. Le tout s’est terminé par un concert de l’ensemble vocal Arc-en-Sons.

La résilience est de mise

Conscient que sa communauté vit une période difficile, le supérieure provincial est d’avis que ces célébrations ont ravivé l’espérance des Rédemptoristes. « C’est sûr qu’on vit une période difficile mais il y a possibilité de transformer ça en processus de croissance et en résilience», croit le père Boies. D’ailleurs, comme date importante pour la communauté, le père Boies choisit le 29 mars 1922. À cette date, la première Basilique, le monastère et le juvénat ont brûlé dans un grave incendie. « Tout ce que les premiers Rédemptoristes de la province de Sainte-Anne-de-Beaupré avait construit s’est envolé en une journée. Mais ils ne se sont pas laissés abattre, ils ont fait preuve de résilience. Ils ont aussi été visionnaire en construisant la Basilique actuelle », observe le père Boies qui juge cette histoire inspirante.

Une communauté en santé

Au fil des ans, ce sont environ 1000 Rédemptoristes qui ont suivi les pas de saint Alphonse de Liguori, fondateur de la province de Sainte-Anne-de-Beaupré. En 1911, il y avait 119 Rédemptoristes formaient la province de Sainte-Anne-de-Beaupré. Ils sont maintenant 143 dont 82 sont au Québec, 18 à Tokyo et 43 en Haïti. L’âge d’or de la communauté est par contre survenue dans les années 60 alors que plus de 400 Rédemptoristes formaient la communauté.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *