Communaute
13:29 5 août 2015 | mise à jour le: 5 août 2015 à 13:29 temps de lecture: 3 minutes

Saint-Tite-des-Caps veut sa propre cuisine collective

CUISINE. Après Beaupré, au tour de Saint-Tite-des-Caps de préparer son projet de cuisine collective, une bonne façon de s’impliquer dans la communauté et d’assurer la sécurité alimentaire de nombreuses familles de la municipalité.

Le maire de Saint-Tite-des-Caps, Majella Pichette, instigateur et porteur du projet, caresse le désir de démarrer une cuisine collective dans sa municipalité depuis plusieurs années. «Nous avons fait une demande à un programme provincial avec ressource familiale Côte-de-Beaupré pour obtenir une subvention pour 2014-2017, explique le maire. Nous espérons pouvoir ouvrir nos portes cet automne.»

L’objectif est ambitieux pour le maire de Saint-Tite-des-Caps, où de nombreux travaux restent toujours à faire avant de démarrer la cuisine. Les responsables du projet ont déjà ciblé le local où ils veulent mettre en place l’activité. «Il faut installer des frigos, des cuisinières et des congélateurs ainsi qu’assez d’espace de travail pour travailler en groupe, rapporte M. Pichette. Nous avons des travaux d’électricité à faire qui s’élèvent à près de 5000$.» La municipalité de Saint-Tite va contribuer au financement de la cuisine collective, affirme le maire. «Nous avons une grande volonté de le faire, dit-il. Mais il reste à établir notre échelle de financement.»

Le maire de Saint-Tite croit tout de même que ce projet a sa place dans sa municipalité. En plus de s’entourer d’une équipe de démarrage, M. Pichette a déjà récolté 11 inscriptions pour les groupes de cuisine. «Nous sentons qu’il y a de l’intérêt pour notre initiative, affirme-t-il. Cuisiner en groupe est plus stimulant, plus agréable. On peut socialiser et s’impliquer dans sa communauté tout en réalisant des économies sur sa nourriture.»

Apprendre du passé

Un premier projet de cuisine collective avait été mis en branle dans la municipalité en 1994, mais l’initiative n’a pas duré. «Nous avions proposé une cuisine collective où seulement les gens sur l’aide sociale pouvaient participer, raconte Majella Pichette. Les gens se sentaient étiquetés à une image, ce n’était pas la bonne formule. Maintenant, les gens de tous les revenus pourront cuisiner ensemble.» Les cuisines collectives aident à la sécurité alimentaire, un objectif de l’Approche territoriale intégrée (ATI) de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale de la Côte-de-Beaupré. La municipalité de Saint-Tite-des-caps est celle où le revenu moyen familial est le plus bas sur la côte-de-Beaupré.

Majella Pichette a déjà des idées pour les futurs groupes de la cuisine collective. Il tient d’abord à offrir une formation complète en salubrité alimentaire de la MAPAQ à tous les participants. Il souhaite aussi mettre en place des groupes réservés aux aînés. Le but commun reste toutefois le même, offrir aux citoyens une occasion de cuisiner ensemble à prix modique.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *