Société
23:30 6 mai 2015 | mise à jour le: 6 mai 2015 à 23:30 temps de lecture: 3 minutes

Moulin du Petit-Pré: un grand ménage pour débuter la relance

PATRIMOINE. Une quinzaine de bénévoles se sont retroussé les manches afin de faire un grand ménage du Moulin du Petit-Pré et ainsi le rendre plus propice aux visites de potentiels locataires ou acheteurs, une première étape vers la relance du bâtiment historique de Château-Richer.

Alors qu’un nouveau conseil d’administration a été formé cet hiver, cette grande corvée constituait une étape nécessaire afin de redonner l’éclat du bâtiment inutilisé depuis 2013. Les trois étages ont été passés au peigne fin par des membres du conseil d’administration et des Chevaliers de Colomb de Château-Richer, qui se sont portés volontaire pour l’occasion. Salle de réception, cuisine, boulangerie, meunerie, bistro: rien n’a échappé aux bénévoles. «On fait notre gros possible pour relancer ça. On va y aller une étape à la fois et la première est de mettre ça beau», explique Paul-Arthur Huot, président du conseil d’administration.

Les entreprises Jos Drouin et Fils inc. ont remis le système de plomberie et l’eau chaude en marche et les Ascenseurs Cloutier de Boischatel ont fait la vérification de l’ascenseur, le tout sans frais.

Implication

Motivés par des intérêts divers, les nouveaux membres du CA ont décidé de répondre au cri du cœur lancé l’hiver dernier pour trouver des personnes souhaitant s’impliquer. M. Huot indique qu’il est facile de tomber en amour avec le bâtiment, mais la nouvelle équipe garde les pieds sur terre. «On tombe en amour, mais soyons réalistes: pour opérer ça, ça prend des conditions, surtout si on veut l’opérer de façon plus traditionnelle, avec notamment la boulangerie, la meunerie, le bistro et la cuisine. Cette opération amène des coûts et il faut que les opérations génèrent assez de revenus pour couvrir ces coûts, souligne M. Huot, ex-dirigeant de Pôle Québec Chaudière-Appalaches, aujourd’hui devenu Québec International. Il faut une vision d’affaires, sinon, on ne peut pas y arriver.»

Une chose est certaine, l’objectif principal est d’assurer la pérennité de l’endroit. «Quelle va être la solution pour ça? On est en train de regarder absolument tout pour trouver la meilleure solution pour tout le monde. On ratisse large», affirme Michel Éthier, vice-président du CA.

M. Huot indique que l’option d’opérer eux-mêmes le moulin a déjà été délaissé, préférant laisse cela à des entrepreneurs spécialisés dans leurs domaines, comme la restauration. Le CA complètera dans les prochaines semaines de documenter les options, plusieurs rencontres et visites étant au programme.

Visite

Il est maintenant possible de faire visiter les lieux à tout entrepreneur susceptible de louer le moulin en tout ou en partie ou même de faire l’acquisition de ce bâtiment patrimonial datant de 1695. Le CA lance une invitation particulière aux entrepreneurs restaurateurs ou microbrasseurs, les boulangers, pâtissiers, chocolatiers, les meuniers et les glaciers à les contacter au 1 418-928-8752 ou par courriel au pahlpv@gmail.com. Des artisans pourraient également trouver pour eux-mêmes des locaux pratiques pour exercer leur art et vendre leurs créations.

Les membres du nouveau conseil d’administration

Paul-Arthur Huot, président

Michel Éthier, vice-président

Martin Denault, trésorier

Cynthia Bureau, secrétaire

Marc-André Bouchard, administrateur

Arthur Cauchon, administrateur

Lynda Tanguay, cooptée

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *