Société
01:34 25 août 2015 | mise à jour le: 25 août 2015 à 01:34 temps de lecture: 3 minutes

S’impliquer une gorgée à la fois

BIÈRES. Les Saint-Annois d’adoption, originaires de Montréal, Luc Boivin et Johanne Guindon, ont installé leur microbrasserie des Beaux Prés sur la route 138 en 2011, avec la ferme intention de s’intégrer à la communauté. C’est chose faite.

Depuis leur arrivée en mars 2011 dans l’ancienne fromagerie, les copropriétaires de la microbrasserie des Beaux Prés désirent faire partie de la communauté de la Côte-de-Beaupré. «Nous avions envie de nous sentir chez nous en nous installant ici, affirme Luc Boivin. On se considère vraiment maintenant comme des résidents bien établis dans le secteur.» Pour eux, achat local et commerce de proximité sont des essentiels pour la poursuite de leur rêve.

En plus du nom de leur établissement qui fait référence aux écrits de Champlain à son arrivée dans la région, les bières de la brasserie ont été baptisées avec des termes qui rappellent les environs. De la Bonne Sainte-Anne à la Route 138, en passant par la gamme Mestashibo, le choix est coloré des airs d’ici. «Nous essayons autant que possible de nommer une bière en référence à chaque région de la Côte-de-Beaupré, estime Luc Boivin. On espère entre autres que les gens de Saint-Joachim aiment notre bière du même nom!»

Implication sociale

La microbrasserie des Beaux Prés a lancé récemment une nouvelle bière blanche à l’argousier, un petit fruit acidulé, nommée la Mont-Ferréol. Les copropriétaires ont décidé que pour chaque litre de cette bière vendue, 50 cents seront versés à la Fondation de l’hôpital Sainte-Anne. «C’est une façon pour nous de redonner à la communauté et d’impliquer nos clients par la même occasion, affirme Luc Boivin. Nous voulons aider et sensibiliser autant que faire se peut.»

Depuis 2012, la microbrasserie s’occupe du service de bar à la Grande Fête de la Côte-de-Beaupré. Les deux acolytes participent aussi à plusieurs événements sportifs de la région, comme le tour du Cap Tourmente et le demi-marathon de la Côte-de-Beaupré. «Ça fait aussi partie de nos intérêts», explique Luc Boivin. L’établissement fait aussi partie du circuit des créateurs de la Côte-de-Beaupré comme un lieu de diffusion de l’art, avec une section réservée à l’exposition d’artiste.

La microbrasserie gagne de plus en plus en notoriété, notamment dans les événements où la bière est à l’honneur. «Certaines de nos bières gagnent un rayonnement qui dépasse largement la Côte-de-Beaupré, explique Luc Boivin. Mais forcément, nous sommes obligés de parler du lieu où elles sont produites.» L’important pour les copropriétaires reste cependant de pouvoir fournir adéquatement la production locale avant tout.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *