Société
20:02 27 octobre 2015 | mise à jour le: 27 octobre 2015 à 20:02 temps de lecture: 3 minutes

Grève des traversiers: «Votez!» réclament les maires aux syndiqués

TRANSPORT. Les employés des traversiers en grève doivent se prononcer d’ici dimanche sur l’entente de principe survenue lundi en fin de journée. Un délai inacceptable, de dénoncer les maires de neuf municipalités affectées par cette interruption qui perdure depuis le 13 octobre. Mardi matin, ils étaient rassemblés à l’hôtel de ville de Québec pour réclamer d’une même voix l’accélération du processus de vote pour un retour du service complet dès mercredi.

«Les maires des villes riveraines touchées par la grève de la Société des traversiers du Québec sont heureux, évidemment, de l’entente de principe survenue hier entre les parties, mais se mobilisent en demandant au gouvernement et au syndicat des Métallos de rétablir dès demain le service complet de tous les traversiers, par respect pour les citoyens», a déclaré le maire de Québec, Régis Labeaume.

À tour de rôle, ses confrères ont exprimé leurs doléances et celles de la population par rapport à l’interruption du service des traverses. Les conséquences sur la santé, la sécurité, les services essentiels, l’économie, la mobilité, le tourisme et même le moral des usagers ont été évoquées de part et d’autre par Gilles Lehouillier (Lévis), Nicole Champagne (Godbout), Dominic Tremblay (Isle-aux-Coudres), Pierre Tremblay (Éboulements), Jérôme Landry (Matane), Jean-Luc Barthe (Saint-Ignace-de-Loyola), Serge Péloquin (Sorel-Tracy) et Hugues Tremblay (Tadoussac).

D’une même voix, ils ont déploré la lenteur des négociations alors que les traversiers devraient «être gérés comme toutes les routes et tous les ponts du Québec», considérant leur importance au quotidien. «Essentiellement, on n’a jamais compris pourquoi ça prenait une semaine pour voter la grève, et on ne comprend absolument pas pourquoi ça prend une autre semaine pour accepter l’entente de principe», a martelé Régis Labeaume.

Pour le maire de Québec, l’équation est claire: «Si les syndicats avaient un minimum de respect pour la population et pour les usagers, ce matin, ils seraient en réunion, et probablement qu’à la fin de la journée, on serait capable de rétablir le service.»

Cela, tous les maires concernés par la situation l’appellent maintenant de leurs vœux au nom des citoyens qu’ils représentent. «On n’a pas voulu s’ingérer dans les discussions, mais là, il y a un accord de principe, alors on leur dit: allez de l’avant, entendez-vous rapidement pour que le service revienne, que tout retourne dans l’ordre», a conclu l’élu de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

À lire aussi : Entente de principe dans la grève des traversiers

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *