Société
11:37 23 septembre 2015 | mise à jour le: 23 septembre 2015 à 11:37 Temps de lecture: 3 minutes

L’empire de la pomme pris dans le trafic

AUTOMNE. Le temps des pommes est arrivé pour les producteurs de l’Île d’Orléans et pour les nombreux touristes qui viennent les visiter, gorgeant les rues et le pont de l’île pour les prochaines semaines.

Le trafic est presque inévitable les weekends de septembre à l’Île d’Orléans, alors que des dizaines de visiteurs viennent chaque jour se promener à travers les pommiers. «C’est difficile de trouver des solutions à ce problème comme nous avons seulement un accès», explique la coordonnatrice du bureau d’accueil et de l’information touristique, Brigitte Bouchard.

Les compagnies de remorquage qui desservent l’Île d’Orléans décident pendant ces weekends de septembre de laisser une remorqueuse toute la journée sur le territoire, pour éviter le trafic. «Les compagnies savent qu’un incident risque d’arriver avec toute l’affluence sur l’île, rapporte Brigitte Bouchard. C’est plus rentable pour eux de laisser un véhicule ici que de traverser le pont en plein trafic.»

Les véhicules d’urgence aussi doivent ajuster le tir durant cette période de l’année. «Nous sommes en démarche pour avoir une ambulance en tout temps sur l’Île d’Orléans durant ces weekends», fait savoir la responsable de l’accueil touristique. Pour l’instant, si un accident survient sur l’Île d’Orléans, la voie du pont pour sortir de l’Île est barrée, le temps que les véhicules d’urgence passent. «Comme le pont est très étroit, ils arrivent à reculons sur le pont pour mieux repartir par la suite», raconte-t-elle.

Gestion du trafic nécessaire

Lorsque l’achalandage augmente sur l’Île d’Orléans, la Sureté du Québec prend le relais des feux de circulation pour contrôler le flux des automobiles. «Comme le trafic vient surtout de l’est de l’île, ils vont s’arranger pour dégager ce côté le plus possible», rapporte Brigitte Bouchard.

Le bureau d’accueil touristique a aussi son rôle à jouer lors de ces journées chargées. «Il faut absolument bien diriger les gens, surtout ceux qui ne viennent pas pour la cueillette des pommes, explique la coordonnatrice. Nous leur suggérons de faire le tour de l’île dans le sens contraire du trafic.» Prévoir son séjour avant les heures de point est aussi recommandé.

Un aussi grand achalandage peut devenir un irritant pour les résidents de l’Île d’Orléans, qui doivent ajuster leur déplacement, selon Brigitte Bouchard. «C’est un gagne-pain pour les gens d’ici, affirme-t-elle. C’est important de s’accommoder, soit en partant plus tôt, soit en restant chez soi pour la journée.»

Sur l’Île d’Orléans, les huit vergers membres de l’accueil touristique de l’Île d’Orléans offrent près de 30 sortes de pommes différentes de la mi-août à la mi-octobre. Outre les pommes, les visiteurs peuvent aussi se procurer des poires, des citrouilles et des courges durant la saison chez les producteurs de l’île.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *