Société
14:00 29 mai 2014 | mise à jour le: 29 mai 2014 à 14:00 Temps de lecture: 3 minutes

Des apprentis-cuisiniers aux petits soins

PERSÉVÉRANCE – Les apprenti-cuisiniers du projet «La Table est mise sur la Côte» ont déployé un dernier effort en préparant un dîner trois services à une trentaine d’invités, au restaurant Les Trois Becs, à Beaupré, pour conclure en grand la troisième année de ce projet de persévérance scolaire.

Sous la supervision de David Ruel, chef du restaurant et chef-mentor de «La Table est mise sur la Côte», les élèves de l’école secondaire du Mont-Sainte-Anne ont assuré la préparation et le service de ce repas offert aux partenaires du projet. Une clientèle adulte pour ceux qui ont l’habitude de servir le repas à des jeunes du primaire, un facteur qui n’a pas semblé influencer leur travail, si on se fie aux commentaires de satisfaction lancés par les convives après le repas.

Les élèves ont pris part à six ateliers et ont servi le repas à autant de reprises au cours de l’année. Lors de ces ateliers, M. Ruel leur prodiguait des enseignements sur la cuisine, que ce soit sur des techniques de travail ou sur les façons d’apprêter certains aliments.

Une expérience qui a particulièrement plu à Jean-François Breton, 16 ans. «J’ai beaucoup aimé le travail manuel, comme hacher les légumes et faire toute la préparation. Je cuisinais déjà un peu chez moi, mais ça, ça m’a vraiment développé une passion», affirme-t-il.

Quelques jeunes rencontrés après le dîner mentionnent avoir apprécié l’expérience au restaurant Les Trois Becs, à l’exception d’avoir eu à faire la vaisselle!

Troisième année

Il s’agissait de la troisième année du projet et David Ruel s’est impliqué à chaque fois pour diriger les jeunes pendant cette expérience. Le chef a appris avec le temps que pour que les jeunes y mettent tout leur cœur, il doit leur montrer quelque chose qui les captive. «Il faut que les jeunes aient du plaisir en cuisinant» ajoute-t-il.

Un défi qu’il croit avoir été en mesure de relever. «Je ne pense pas qu’il y en ait qui vienne aux ateliers à contrecœur», estime-t-il. M. Ruel se fait un plaisir de faire découvrir des aliments aux jeunes, lui qui n’amène que des produits frais à partir desquels la brigade doit confectionner le repas, de A à Z.

Une bonne façon pour lui de faire connaître son métier. «J’aime beaucoup communiquer ma passion pour la cuisine et pour le métier.»

L’Autre Voix, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *