Société
20:00 1 mai 2014 | mise à jour le: 1 mai 2014 à 20:00 Temps de lecture: 2 minutes

L’agriculture toujours aussi importante pour l’Île d’Orléans

PORTRAIT – Le milieu agricole est toujours la base économique de l’Île d’Orléans alors que près de 30% des entreprises et que 40% des travailleurs de la MRC œuvrent dans ce domaine.

Ces statistiques ressortent d’une étude, réalisée par Québec International, intitulée Portrait socio-économique de la Capitale-Nationale, dans laquelle on analyse les réalités économiques et les enjeux propres aux MRC de la région à partir des plus récentes données, amassées en 2012.

Ces chiffres sont peu étonnants si on considère que 95% du territoire est zoné agricole. Environ 75% des entreprises de ce secteur est orienté sur la culture de fruits et légumes, le 25% restant se consacrant notamment à l’élevage de bovins, de volailles et de mouton ainsi qu’à la production laitière et avicole.

Malgré les règles qui entourent le zonage agricole et son statut patrimonial auprès de l’UNESCO limitant la construction d’usines, près de 15 entreprises sont dédiées à la transformation des aliments et du bois de même qu’à la fabrication de vêtements. Certains producteurs agricoles cherchent à renforcer leurs liens avec des usines de transformation à l’extérieur de l’île, pouvant ainsi accroître leur marché.

Tourisme

Le secteur touristique regroupe une soixantaine d’entreprises en hébergement et en restauration. Avec les commerces liés au tourisme, le secteur emploie environ 600 personnes. Cette industrie représente le quart des activités à l’Île d’Orléans. Le milieu agricole est étroitement lié à ce secteur puisque plusieurs activités y sont rattachées, comme l’autocueillette.

La population est restée plutôt stable récemment. Le nombre d’habitants en 2012 était de 6 949, un peu plus que la moyenne des 15 dernières années, qui était de 6 934. Avec 46 ans d’âge moyen, la MRC est la 2e plus âgée, après celle de Charlevoix (47 ans), dans la région de la Capitale-Nationale. Près de trois personnes sur cinq travaillent à l’extérieur de l’île.

L’Autre Voix, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *