Société
13:43 26 juin 2014 | mise à jour le: 26 juin 2014 à 13:43 temps de lecture: 3 minutes

Maison de Serge Verreault: un voyage dans le temps

HISTOIRE – En entrant dans la résidence de Serge Verreault, à Château-Richer, on entreprend un véritable voyage dans le temps. Avec les différents travaux et les découvertes réalisées par celui qui est la 12e génération de sa famille à posséder la maison, le propriétaire fait traverser les époques jusqu’en 1662, année lors de laquelle débute la construction.

Ayant hérité en 2007 de la maison située au centre du village de Château-Richer, sur l’avenue Royale, Serge Verreault a entrepris des travaux de rénovation qui allait révéler la riche histoire de cette maison, bâtie par Barthélemy Verreault, l’unique ancêtre de tous les Verreault au Québec. En enlevant le crépi, des murs de pierre ont revu le jour à l’étage alors qu’il est possible de voir au grenier les techniques de construction, «un extraordinaire monument au génie français de l’époque», estime le propriétaire. Des rénovations qui ont changé l’allure de certaines pièces. «Aujourd’hui, ma mère ne reconnaîtrait pas certains endroits, mais Barthélemy Verreault lui les reconnaîtrait.»

Ce même grenier, «l’âme de la maison», recèle de trésors. C’est qu’il n’y a pas que les Verreault qui se sont succédé dans cette maison, mais également les vocations. Forge, magasin général, restaurant, le bâtiment a servi à plusieurs choses et plusieurs objets en témoignent, comme de vieux panneaux publicitaires.

En fouillant à cet endroit, M. Verreault a trouvé des objets qui remontent du 17e siècle jusqu’à l’époque de son enfance. Dans une pièce du grenier se côtoient par exemple les collections de cartes de hockey de l’époque et des objets ayant servi à la construction de la maison. Des journaux datant des années 1800, qui servaient d’isolation, sont encore collés aux murs.

Passer le flambeau

Travailleur archéologique, M Verreault a plusieurs projets au Mexique et en Grèce qui n’attendent que lui. Raison pour laquelle il aimerait vendre la résidence, «mais de préférence pas à n’importe qui», explique celui qui n’a pas de descendant. «J’aimerais que ce soit à un Verreault. Je voudrais que ça se perpétue. J’estime avoir le flambeau et j’aimerais le passer», affirme celui qui croit que la transmission d’un bâtiment sur une aussi longue période (12 générations) serait une première en Amérique.

Passionné d’histoire, le résident de Château-Richer a terminé la rédaction d’un premier livre, «Le dernier des Bourguignon», un titre en référence à la région française d’où est originaire le premier ancêtre. Ce livre n’est pas encore publié.

Il a également entrepris l’écriture de «À la recherche des temps perdus» et «Nous étions les Verreault», deux bouquins dans lesquels ils souhaitent raconter l’histoire de Château-Richer et des Verreault.

En bref

– M. Verreault a baptisé la maison «Marie de Bourgogne»

– La traversée de Barthélemy Verreault a duré quatre mois et demi, une des plus longues de l’histoire de la colonie.

– La maison a été bénite par saint François de Laval

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *