Politique
15:02 20 février 2018

Sylvie Boucher, la députée fédérale de la Côte-de-Beaupré

Sylvie Boucher est devenue députée fédérale en 2006 et défaite cinq and plus tard en raison de la vague orange du NPD en 2011. Elle est de retour en politique depuis trois ans et se sent plus présente que jamais auprès des citoyens de Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix.

Sylvie Boucher souhaite être plus présente d’ici les prochaines élections fédérales.

© 2014 – Sylvain Delisle

Même si Mme Boucher siège dans l’opposition officielle à Ottawa, comme Secrétaire du cabinet fantôme de l’Opposition officielle responsable des Affaires rurales et du Développement économique pour les régions du Québec, son réseau de contacts gouvernemental ne cesse de grandir. Selon la députée, bien que la proximité provinciale semble plus accessible, elle mentionne que le gouvernement du Canada peut offrir de nombreux services et programmes. Elle ajoute que sa porte est toujours ouverte à la population.

Un exemple récent est le Cyclorama de Sainte-Anne-de-Beaupré. Sylvie Boucher explique que le gouvernement provincial a été interpellé dans le dossier, mais pas le fédéral. Une situation qui étonne la députée, car certains programmes pourraient bénéficier à différents intervenants du dossier. Par respect, l’élue mentionne ne pas vouloir avoir communiqué avec la famille Blouin.

«Je savais que les Blouin désiraient vendre et ne souhaitaient pas que les gouvernements s’immiscent dans le processus. Je précise n’avoir reçu aucune demande à cet effet et j’attends que quelqu’un vienne me voir. Nous avons des solutions pour garder le Cyclorama chez nous.»

En 2018…

La députée suivra plusieurs dossiers cette année, notamment la situation des travailleurs étrangers qui œuvrent auprès des agriculteurs de l’île d’Orléans.

«On a un grand besoin de travailleurs et ils tardent à arriver.»

Il y aura aussi le sommet du G7. Cet événement retiendra l’attention dans la région. Certains élus municipaux doutent que la Côte tire son épingle du jeu, l’opinion de la députée fédérale est positive quant aux retombées.

«Nous aurons besoin d’un boulevard Sainte-Anne et d’une région attrayante. Je crois que la Côte sera un point d’arrêt important pour les restos et les attraits culturels locaux.»

Elle ajoute que plus de 1600 chambres d’hôtel, motels et d’hébergement sont réservés entre Québec et La Malbaie.

«C’est à moi de faire ma partie et d’attirer les gens vers notre région. Je veux que tout le monde trouve sa part du gâteau.»

Les projets entourant le 3e lien intéressent la députée fédérale, bien qu’il n’y ait aucun plan précis.

«C’est un programme très provincial, mais on aimerait l’avoir vers l’île d’Orléans, ça aiderait au développement économique. On doit avoir un projet tangible. De plus, on désengorgerait Henri-IV.»

Quelques activités sont prévues en début d’année.

Le 7 avril, Sylvie Boucher sera présente à une activité annuelle qu’elle a à cœur, la clinique de Passeport au Centre de Loisirs Sainte-Anne, à Sainte-Anne-de-Beaupré. L’événement a comme principal objectif de remplir les demandes et renouvellements de passeports sur place, plutôt que se rendre à Québec. D’ailleurs, la députée lance un appel aux bénévoles souhaitant assister les participants de la clinique.

En terminant, Mme Boucher dit être en mode électoral, même si ce n’est qu’en 2019, et qu’elle sera plus présente en 2018.

«Il est certain que certains dossiers peuvent être travaillés en collaboration avec le provincial, selon nos compétences. Mais je n’irai pas jouer sur le terrain de l’autre.»

Élue en 2006, battue en 2011, réélue en 2015.

Photo – gracieuseté

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *