Politique
15:57 15 octobre 2009 | mise à jour le: 15 octobre 2009 à 15:57 temps de lecture: 3 minutes

Expertise plutôt qu’expérience pour l’Équipe Michel Paré

Le candidat à la mairie de Beaupré, Michel Paré, s’inquiète des dossiers qui semblent prioritaires pour l’équipe adverse, l’Équipe Labonté, en prévision des élections municipales du 1er novembre.

M. Paré se dit renversé de constater certaines des priorités de son opposant.
«Il annonce l’adoption d’une charte citoyenne qui vise à établir un équilibre entre la liberté individuelle et le bien-être collectif en passant par la responsabilisation et le respect mutuel entre voisins, et ce, sans réglementation. C’est à n’y rien comprendre. L’équipe Labonté serait-elle frappée par le syndrome d’Hérouxville? Il y a suffisamment de lois au niveau fédéral et provincial pour garantir les droits et libertés individuelles. Un conseil municipal de l’Équipe Michel Paré ne perdra pas de temps dans ce genre de fantaisies», a déclaré l’avocat qui tente de succéder au maire Henri Cloutier.

M. Paré estime que si l’Équipe Labonté mise sur son expérience, sa formation compte, quant à elle, sur son expertise acquise dans divers secteurs d’activités pour faire avancer les différents dossiers de la ville de Beaupré.

Sauvegarde de l’usine

Parmi les dossiers prioritaires qui retiennent l’attention de l’Équipe Michel Paré, on retrouve la fermeture indéterminée de l’usine AbitibiBowater et la dette municipale.
«La fin des opérations du moulin, ce drame humain, social et économique pour la municipalité et la région, n’a pu être évité malgré le fait que l’ancien conseil municipal comptait trois employés de l’usine», a fait remarquer le conseiller en capital de développement, Éric Desaulniers, candidat au siège no 2 dans l’Équipe Michel Paré.

L’équipe Michel Paré avait annoncé le 2 septembre la mise sur pied d’un comité de sauvegarde du moulin.
«Nous voulions être proactifs. Malheureusement, les événements ont été plus rapides. Nous allons quand même poursuivre les démarches de sauvegarde de l’usine», a indiqué Michel Paré, qui admet avoir déjà rencontré certains représentants du gouvernement du Québec et de la haute direction d’AbitibiBowater, à Montréal.
«Nous ne voulons pas interférer dans le dossier compte tenu du fait que nous n’avons aucun mandat officiel. Nous suivons cependant de très près l’évolution du dossier car il est impératif de sauver les nombreux emplois et de maintenir l’expertise développée à Beaupré», a-t-il poursuivi.

Faible marge de manœuvre

Les finances municipales constituent un autre dossier majeur pour Michel Paré.
«L’équipe adverse déclare vouloir maintenir un taux d’endettement acceptable. Mais qu’en est-il? L’équipe Labonté laisse la municipalité avec une dette plus qu’appréciable. La marge de manœuvre pour les deux prochaines années ne semble pas être aussi grande que certains le prétendent», a soutenu M. Paré.

Le comptable agréé, Jean-François Duclos, qui sera responsable des finances, administration et ressources humaines dans l’Équipe Michel Paré, s’interroge sur l’exactitude des chiffres présentés par les conseillers sortants Serge Labonté et Claudine Paré dans le journal municipal L’À Propos de juin 2009.
«Ce qui me laisse perplexe, c’est de constater que le montant de la dette rapportée par les conseillers sortants ne concorde pas avec les chiffres du rapport financier 2008 vérifié par la firme Samson Bélair Deloitte et Touche », a relevé M. Duclos, candidat au siège no 1.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *