Politique
22:25 24 janvier 2015 | mise à jour le: 24 janvier 2015 à 22:25 temps de lecture: 3 minutes

Michel Guimond transporté à son dernier repos

POLITIQUE. C’est avec mouchoirs à la main et larmes aux yeux qu’amis, collègues et proches ont dit un dernier adieu à ce grand homme qu’était Michel Guimond.

Michel Guimond est décédé de façon subite lundi matin à son domicile alors qu’il s’entraînait. Il venait d’avoir 61 ans. Il laisse dans le deuil sa conjointe Johanne et ses enfants Alexandre et Isabelle.

À la lumière des hommages livrés à l’église, le chef de cabinet de l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Québec était un «grand homme». Tous perdent un proche, oui, mais ils tiennent tout de même à rester positifs et en garder de très bons souvenirs.

Son frère, Paul Guimond a tenu à faire un hommage à celui qu’il a toujours admiré pour son dévouement et sa passion. Bien qu’il fût trop émotif pour le faire, il a tout de même écrit un texte touchant racontant plusieurs anecdotes concernant son grand frère que sa conjointe a lu avec un aplomb surprenant.

«Tout le monde dit que tu étais plus qu’un ami. Moi, c’est certainement un frère que j’ai perdu, mais également mon ami, mon meilleur ami», écrit-il.

Un politicien aimé et respecté

Présentement chef de cabinet de l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Québec, M. Guimond a su laissé sa marque au cours de sa carrière politique.

L’ex-chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, présent lors des funérailles, a tenu à témoigner. «Aujourd’hui, le mouvement souverainiste perd un fier battant, le Québec un fier Québécois et moi un grand ami», confie-t-il.

Il ajoute que tout le monde respectait Michel Guimond, même l’opposition puisqu’il affichait clairement ses couleurs et faisait tout son possible pour que ce qu’il avait dans la tête fonctionne.

«C’est quelqu’un qui a toujours été très impliqué dans son milieu, quelqu’un de très enthousiaste, de déterminé», rappelle Gilles Duceppe.

Journée bien spéciale

Michel Guimond était un homme très près de sa famille et cette année, c’était la première année qu’il passait le temps des fêtes à l’extérieur. Il avait par contre demandé à son père de faire la bénédiction du Nouvel An à son retour, ce dernier avait accepté.

Malheureusement, la bénédiction était prévue pour le 24 janvier 2015, soit en réalité la date de ses funérailles. C’est donc avec un geste symbolique que le père de l’ancien député de la circonscription Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord a béni la dépouille de son fils.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *