Politique
20:54 3 février 2014 | mise à jour le: 3 février 2014 à 20:54 Temps de lecture: 2 minutes

Manifestation à L’Ange-Gardien en faveur d’un registre des loyers

Des manifestants réclamant l’instauration d’un registre des loyers se sont fait entendre lundi au bureau de circonscription situé à L’Ange-Gardien de la première ministre et députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Pauline Marois.

Des membres du Bureau d’animation et information logement (BAIL) se sont présentés avec des pancartes et ont collé des messages sur la porte d’entrée du bâtiment situé sur l’avenue Royale.

Estimant qu’il est de plus en plus difficile pour les familles de trouver un logement abordable, le BAIL revendique un contrôle universel et obligatoire des loyers appuyé par un registre. Le registre des loyers permettrait aux locataires de connaître le prix du logement convoité et réduirait selon eux les hausses abusives.

«Nous constatons que des augmentations de loyer importantes se produisent, en l’absence d’un contrôle des loyers, au moment de la signature d’un bail », explique Jonathan Carmichael, organisateur communautaire au BAIL. La loi oblige les propriétaires à indiquer dans le bail le prix le plus bas payé dans les douze derniers mois. «Or, cette section du bail est presque toujours vide, privant ainsi les locataires de l’information nécessaire pour exercer leur droit de faire fixer le loyer en cas de hausse abusive», indique M. Carmichael.

Dans les dix dernières années, dans la région métropolitaine de recensement de Québec, le loyer moyen pour un logement de deux chambres à coucher a augmenté de 33,5%. Dans le secteur où est situé le bureau de circonscription de madame Marois, à L’Ange-Gardien, là où ont manifesté des militants ce matin, la hausse a été de 39 %. La hausse pour la province a été de 41% entre 2000 et 2013.

L’Autre Voix, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *