Economie
22:00 29 août 2016

Transaction historique pour les Frères maristes

IMMOBILIER. Le groupe LVB a fait l’acquisition du monastère Mont-Champagnat à Château-Richer où 38 frères maristes résident toujours dans le but d’en faire une résidence pour aînés tout équipée et un centre de santé global.

Les nouveaux propriétaires, Réjean Bouchard et Sonia Simard, ainsi que les Frères Robert et Yvon.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

La présidente du groupe LVB, Sonia Simard, était tombée en amour avec le domaine des frères maristes lors d’une balade en solitaire dans les sentiers du terrain. Le rêve d’acquérir un jour les lieux a alors germé devant le boisé, les chutes et la vue qu’offrait l’établissement.

Plusieurs années plus tard, autour d’une table dans la salle d’exposition relatant l’histoire des Frères maristes, les nouveaux copropriétaires Sonia Simard et son conjoint Réjean Bouchard prennent le flambeau. Pour le Frère Gaston Robert, directeur de la congrégation, la transition ne se fait pas en rupture, mais bien en continuité de la mission des Frères maristes. «En 1954, le monastère était un centre de formation, de repos et de soin pour les frères de l’époque, relate-t-il. Aujourd’hui, les nouveaux propriétaires reprennent les fonctions de l’époque, mais de façon renouvelée.»

Travaux d’envergure

Les propriétaires désirent entamer les travaux dès janvier 2017 pour occupation à la fin de la même année. Une nouvelle section sera annexée à même le monastère pour un total de 150 unités dites évolutives. La résidence comprendra également 50 unités pour soin aux grands malades. Les Frères maristes deviennent locataires de leurs unités et seront mélangés aux futurs résidents.

Un centre de santé globale fait également partie des plans du groupe LVB.

Pour le Frère Gaston Robert, directeur de la congrégation, cette nouvelle étape n’est pas la fin, mais plutôt une sorte de renouveau pour la congrégation. «Les Frères ont pour la plupart connu une vie dans le domaine de l’enseignement. Ils ont côtoyé toute sorte d’individus au cours de leur vie, des adultes, des enfants, des laïques, hommes et femmes. De retourner vivre dans la population, c’est comme un retour aux sources pour nous. C’est très emballant.»

Les investissements prévus pour aménager le site sont d’ordre de 15M$ à 18M$ pour l’année 2017. Les propriétaires estiment créer de 40 à 60 nouveaux emplois avec l’implantation du nouveau centre, en plus des 25 employés de l’entreprise. En plus des unités d’habitation, plusieurs commodités comme un jardin communautaire, une galerie d’art et une salle de concert sont dans les cartons. «On veut que la population de la Côte-de-Beaupré puisse en profiter aussi», conclut Sonia Simard.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *