Economie
15:43 23 juin 2009 | mise à jour le: 23 juin 2009 à 15:43 Temps de lecture: 4 minutes

La Closerie des Roses, l’expression des valeurs de Geneviève Hut

Même si on subit de graves épreuves, on peut se relever à travers un projet que l’on mène à terme. C’est le cas de Geneviève Hut, qui, malgré les malheurs qui l’ont frappée, s’est accrochée à la vie en faisant l’acquisition d’un nouveau gîte à Château-Richer.

La Française, qui a choisi le Québec comme terre d’accueil, a inauguré son entreprise, La Closerie des Roses, le 22 juin, dans le cadre d’un 5 à 7. Pour l’occasion, le maire de Château-Richer, Frédéric Dancause, a procédé à la traditionnelle coupe du ruban, en compagnie de Mme Hut, sur la galerie de la résidence construite de 1865 à 1869, au 8294, avenue Royale.
«L’avenue Royale regorge de maisons ancestrales comme celle de Mme Hut. Je la remercie d’avoir choisi de s’implanter à Château-Richer. J’en profite pour remercier les propriétaires de demeures antiques qui en prennent soin afin d’assurer leur conservation», a affirmé M. Dancause.

Grâce aux Québécois

Quant à Mme Hut, elle a confié à L’Autre Voix qu’elle avait vécu des moments difficiles dans une courte période de temps: suicide de son conjoint, opération, maison incendiée et perte de son entreprise.
«J’ai choisi de rester au Québec après ces événements en raison de l’appui de mes amis québécois. J’aime les Québécois et ils me le rendent bien», a affirmé Mme Hut.

Vivant depuis huit ans dans la Belle Province (Kamouraska), Geneviève Hut s’est servi de son expérience en restauration de maison (quatre en France) pour se lancer dans ce projet de gîte à Château-Richer.
«Cette demeure représente l’expression de mes valeurs. Unicité des personnes, l’importance d’une nourriture sains, la liberté de choisir pour mes invités», a ajouté la dame qui s’est établi sur la Côte-de-Beaupré il y a six mois.
«Avec la beauté et le charme discret de sa maison bourgeoise de style québécois et ses gracieuses dépendances, cet espace romantique à souhait vous offre aussi l’histoire», a mentionné Mme Hut.

Résidence d’un médecin et du maire

En 1652, Jean Plante, originaire de Pouancé en France, reçoit une terre à Château-Richer. L’histoire se poursuit avec le soldat alsacien Jean Baptiste Ebacher Baker en 1776. C’est enfin en 1869 que le docteur Louis-Nérée Gravel, maire du village et médecin émérite de Château-Richer, dont il était originaire, devient son concepteur. C’est aussi à travers son mobilier provenant pour la majeure partie du Château Frontenac que l’on peut remonter le temps.

Produits locaux

Geneviéve Hut offre le choix entre différents types d’espaces: deux suites, un loft et une chambre. Chaque espace porte un nom en fonction des valeurs de la propriétaire.

Son passé de consultante internationale pour les pays en voie de développement au sein de l’Organisation mondiale de la santé lui a permis de comprendre l’importante d’une nourriture saine. C’est pourquoi elle propose un petit déjeuner mettant l’accent sur les produits locaux, biologiques et équitables. La Closerie des Roses adhère d’ailleurs au slow food.

Sauna, massothérapie sur rendez-vous et spa en août font aussi partie des services offerts par Mme Hut qui compte sur l’appui de son conjoint, André Tremblay.

Concerts bénéfices

La femme d’affaires veut aussi redonner à la communauté ce qu’elle a reçu. C’est pourquoi, à toutes les deux semaines, des concerts bénéfices seront présentés à La Closerie des Roses. Les profits des spectacles de musique classique seront remis à la Fondation pour la prévention du suicide et ceux de jazz à la Fondation Largo pour la relève en jazz au Québec. Pour obtenir plus de renseignements, consultez le site Internet http://www.closeriedesroses.ca.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *