Economie
13:49 20 août 2008 | mise à jour le: 20 août 2008 à 13:49 temps de lecture: 6 minutes

Dodge Challenger

Pour sortir de l’ordinaire

La Challenger arrive sur le marché comme un coup de poing sur la table. C’est ce qui rend cette voiture aussi attrayante Mais pourquoi introduire un véhicule comme la Challenger sur la route en ce moment, pour la publicité, tout simplement. Tous les constructeurs ont besoin d’une vedette qui attire les foules aux concessions et c’est précisément le rôle que Chrysler a donné à la Challenger. Peu dispendieuse à produire, elle profite du châssis de la 300 et d’une gamme de moteurs qui existent déjà dans la boîte à outil de la compagnie. Elle est aussi construite côte-à-côte avec la 300 et la Charger à Brampton en Ontario. Chrysler a seulement dépensé 151 millions pour le programme de la Challenger et a réalisé le modèle en 21 mois. Donc, une véritable aubaine pour ramener l’enfant prodige des années 60 sur la route.

La ligne est tout simplement à couper le souffle. De la grille menaçante à la buse de réservoir à essence style course, aucun détail n’a été oublié. Tellement qu’une Challenger originale semble frêle à côté des ailes surdimensionnée de sa version contemporaine. Tout en étant très différente, elle laisse une forte impression de l’originale et c’est là tout le génie de cette voiture. Vous n’avez aucune idée du nombre de nouveaux amis que je me suis fait durant ma semaine d’essai. Des inconnus sont débarqués de leur voiture sur un feu rouge pour venir regarder la voiture.

Un intérieur plutôt moche

Si L’extérieur en jette, son intérieur est face, c’est le moins que l’on puisse dire.
On se croirait dans une Charger ou une 300 de base (revers de la médaille d’une voiture à petit budget). Une des rares consolation se retrouve dans le modèle SRT8 qui profitent de sièges uniques, style course, moulant et confortable. Le reste de l’habitacle est fade, fonctionnel mais fade. On retrouve sur la liste des options le centre d’information localisé au centre de la console autour d’un écran multifonction qui provient directement de la 300 et de la Charger. En plus du système de navigation, on retrouve la radio par satellite Sirius. Mais il faut aller dans le haut de gamme pour avoir droit à tout cela

Des mécaniques pour tous les goûts

Dodge a emprunté du matériel qui se trouvait déjà dans le garage pour installer tout cela sous le capot. L’offre de base débute avec le V6 3,5 litres de 250 chevaux. Véhicule qui s’adresse à ceux qui ont soit un brin de conscience écologique ou ne veulent pas trop investir dans le pétrole. Viennent ensuite les modèles pour fanatiques. Le modèle R/T propose un V8 5.7 litres qui offre 372 chevaux avec la boîte automatique à cinq rapports et 376 avec la boîte manuelle à six rapports. Et aussi bien poussé le bouchon de la nostalgie au maximum en ajoutant à la boîte manuelle le très célèbre levier d’embrayage à pistolet de Hurst. Ce V8 comme celui des modèles 300 et Charger offre un système de désactivation des cylindres qui permet d’économiser un peu (très peu) de carburant si vous n’appuyer pas trop fort sur l’accélérateur. Finalement la version SRT8 qui culmine à 425 chevaux offre les mêmes transmissions que le R/T mais sans la désactivation des cylindres

Une sportive aux pieds de plomb

Pour être franc avec vous, j’ai adoré cette voiture, je sais, moi aussi je suis surpris. Autant elle respire la brutalité, autant elle est facile et agréable à conduire. Le châssis de la 300 qui provient lui-même de chez Mercedes offre un civisme déroutant à cette bête. C’est confortable, silencieux et même le moteur capable de sortir ses notes de baryton à la demande se tient tranquille à vitesse de croisière. Le coupé est lourd, conséquence d’une voiture à petit budget, (enlever du poids est la chose la plus dispendieuse sur une voiture), Si les V8 compensent largement cet embonpoint, on sent le V6 un peu à bout de souffle. Le son des moteurs V8 a été réglé pour imiter celui des années 70 et le charme opère, croyez-moi. La poussée raide d’un départ canon vous amène à 100 km/h en 5,3 secondes dans le SRT8 et l’échappement laisse passer ses plus belles notes à 5 000 tours/minute. Il est difficile d’aimer la transmission automatique à cinq rapports, elle ne semble pas à sa place dans cette voiture, c’est un peu trop «pépère».La boîte manuelle avec pistolet Hurst est un «must». Si vous aimez la tenue de route caractéristique de la 300c SRT8 qui ressemble un peu à s’élancer avec un bâton de baseball trop pesant pour soi, vous serez bien servi avec la Challenger.

Conclusion

Anachronisme sur roues, la Challenger rame à contre-courant, mais le charme fonctionne et dans ce créneau de marché tout est une question de charme.

Forces

Un physique inspiré
Un confort remarquable
Une puissance décoiffante

Faiblesses

Une boîte automatique qui n’est pas à sa place
Un intérieur fade
Le poids
La direction un peu légère
Et oui, ça consomme

Fiche technique

V8 6,1 l ACC 425 ch à 6000 tr/min
couple: 420 lb-pi à 4800 tr/min
Transmission : automatique à 5 rapports avec mode manuel
0-100 km/h : 5,3 s
Vitesse maximale: 250 km/h
Consommation par 100 km : 13,9 l (octane : 91)

Sécurité active

freins ABS, répartition électronique de force de freinage, assistance au freinage, antipatinage, contrôle de stabilité électronique

Suspension avant/arrière

indépendante

Freins avant/arrière

disques

Direction

à crémaillère, assisté

Pneus : P245/45ZR20
Option performance : P245/45ZR20 (avant), P255/45ZR20 (arrière)

Dimensions

Empattement : 2946 mm
Longueur : 5021 mm,
Largeur : 1923 mm
Hauteur : 1447 mm
Poids: 1732 kg
Diamètre de braquage : 11,9 m
Coffre : 458 l
Réservoir de carburant : 72 l

Prix : 45 995$ (SRT8)

Benoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’Automobile 2008. Il anime également l’émission En Voiture tous les Samedis à 16 :00 sur les ondes du 98,5 FM de Montréal et le réseau Corus Québec ou via internet au http://www.985fm.ca

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *