Actualités
16:46 18 mars 2016 | mise à jour le: 18 mars 2016 à 16:46 temps de lecture: 2 minutes

Litige à Château-Richer: l’ancien DG de la ville gagne sa cause

JUSTICE. Le tribunal administratif du travail a tranché en faveur de l’ancien directeur général de la ville de Château-Richer, François Renaud, et oblige la municipalité à le réintégrer à son poste duquel il avait été congédié il y a deux ans.

Entré en fonction en 1995 à la ville de Château-Richer, l’ex-DG François Renaud avait été renvoyé sous prétexte d’insubordination, ainsi que de manque de loyauté, de solidarité et de coopération envers le conseil municipal, peut-on lire dans la lettre de renvoi reproduite dans la décision. Après un congé avec solde le 31 janvier 2014, la ville le destitue le 18 février suivant.

Le 27 février 2014, M. Renaud a décidé de porter plainte contre la municipalité en vertu de l’article 72 de la Loi sur les cités et villes devant la Commission des relations de travail, désormais géré par le tribunal administratif du travail. Sa première comparution s’est tenue en juin 2014.

Le juge administratif Christian Drolet n’a pas retenu les arguments avancés par la municipalité, mentionnant dans sa décision que «plusieurs des reproches formulés [envers M. Renaud] sont soit non fondés ou ne présentent pas un degré de gravité pouvant justifier une destitution.» Il met de l’avant la réintégration de l’ancien DG à son poste, estimant que «[M. Renaud] a rendu de bons et loyaux services à la Ville pendant plusieurs années, il était très apprécié par tous les employés qui ne comprennent pas pourquoi la Ville s’est départie de ses services.»

La Ville a publié un communiqué de presse hier mentionnant être en période de réflexion quant à la décision qui vient d’être rendue. «Une réponse officielle et finale sera donnée d’ici quelques semaines», y souligne le maire Frédéric Dancause. Selon le porte-parole de la municipalité, Denis Simard, quelques options se présentent à la ville. «Il est possible de demander une révision judiciaire pour revenir sur la décision, explique-t-il. Il est aussi possible de réintégrer M. Renaud à ses fonctions.» Il ajoute que dans certains conflits opposant des directeurs généraux à leur municipalité, des négociations entre les deux partis se sont déjà vues.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *