Actualités
00:30 7 octobre 2016 | mise à jour le: 7 octobre 2016 à 00:30 temps de lecture: 3 minutes

Le mentorat à l’honneur avec Développement Côte-de-Beaupré

ÉCONOMIE. Développement Côte-de-Beaupré et SAGE–Mentorat d’affaires s’unissent pour ne former qu’une seule équipe dédiée au développement économique de la région.

Les liens sont plus serrés que jamais entre l’organisme responsable du développement économique de la région, Développement Côte-de-Beaupré, et le service de mentorat dans la grande région de Québec, SAGE–Mentorat d’affaires. Les deux groupes viennent de conclure une entente de partenariat de trois ans dans laquelle chacun peut bénéficier de l’expertise de l’autre, ne formant plus qu’une seule équipe.

«On parle de référencement mutuel dans les organisations auprès de nos clients, de suivi du client ensemble pour être certain qu’il progresse bien et qu’il a toujours les outils dont il a besoin, illustre le directeur général de Développement Côte-de-Beaupré, Bernard Paré. C’est de s’assurer qu’ensemble, on optimise notre intervention.»

Le mentorat aux entrepreneurs est le mot d’ordre de cette entente. «On s’est donné comme objectif d’augmenter de façon significative le nombre d’entrepreneurs qui sont desservis par SAGE sur notre territoire», poursuit M. Paré.

Le taux de succès d’une entreprise peut aller jusqu’à doubler si l’entrepreneur fait équipe avec un mentor, selon Bernard Paré. «Ça veut dire le double d’emplois qui sont créés et maintenus sur le territoire et le double d’activités économiques à terme aussi chez ces entreprises-là.»

Déjà un pied dans la place

L’équipe de SAGE-Mentorat d’affaires a déjà une équipe de mentors qui s’occupe de la région, dont Carole Vézina et Christiane Bélanger, deux entrepreneures et co-chef mentors pour la Côte-de-Beaupré et l’Île d’Orléans. «L’entente nous permet d’aller chercher autant des nouveaux mentors que des nouveaux mentorés», affirme le président du conseil d’administration de SAGE, Claude Racine.

«Les gens de Développement Côte-de-Beaupré sont en mesure de regarder le plan d’affaires des entrepreneurs avec qui ils font affaire et de leur dire quand ils sont rendus au point où ils devraient rencontrer un mentor.»

Les frais d’adhésion de SAGE sont de 60$ par mois pour les entrepreneurs. «Pour les rencontres, on s’adapte. On va prendre un café, on dîne, on déjeune, tout dépend de l’horaire du mentoré. On essaie d’aller dans un endroit neutre pour créer une zone de confort pour la conversation», explique M. Racine.

Un mentor, ça sert à quoi?

Avoir un mentor pour un entrepreneur, c’est pouvoir parler à quelqu’un de toutes ses préoccupations, quelle que soit leur nature, selon Carole Vézina, entrepreneure de Boischatel et mentor chez SAGE-Mentorat d’affaires. «C’est de mettre de la lumière dans les zones grises, croit-elle. C’est de les amener à pouvoir se faire une tête. On peut parler de ce que tous les entrepreneurs peuvent vivre dans la vie de tous les jours.» Il ne s’agit pas pour elle de dicter une façon de faire, mais plutôt de conseiller l’entrepreneur sur différentes pistes de solution.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *