Actualités
22:00 11 octobre 2016 | mise à jour le: 11 octobre 2016 à 22:00 temps de lecture: 3 minutes

Cueilleurs recherchés au vignoble l’Isle de Bacchus

VIN. L’automne rime avec l’autocueillette de pommes, de citrouilles, de courges, de poires mais également, de raisins. Depuis dix ans, le vignoble l’Isle de Bacchus sur l’île d’Orléans accueille quelque 250 vendangeurs pour les aider dans leur récolte.

Depuis une trentaine d’années chaque automne, le propriétaire du vignoble l’Isle de Bacchus à Saint-Pierre-de-l’île-d’Orléans, Donald Bouchard, récolte le raisin pour ses vins. Depuis une dizaine d’années, il a ouvert la porte de ses vignes à des bénévoles curieux de découvrir le temps des vendanges. «Ce sont les gens qui nous ont demandé de venir, explique-t-il. On s’est dit « pourquoi pas? »»

Les vendanges se passent habituellement sur deux week-ends au vignoble. «On ne fait jamais ça avant la quatrième semaine de septembre et les deux premières d’octobre», explique le propriétaire. Dès 7h45, les bénévoles doivent être fin prêts à travailler. Après avoir reçu les explications sur la façon de procéder, les vendangeurs s’installent dans les vignes avec leur chaudière et le travail commence. Le dîner, vin inclus, est offert par la maison.

La cueillette du raisin en est une des plus faciles et surtout, des plus agréables, assure le vigneron. «C’est encore plus facile que ramasser les fraises, les bleuets, les framboises, ajoute-t-il. Les gens sont assis sur une petite chaudière et ils taillent le raison à leur niveau. C’est très bucolique, les gens aiment ça.»

Explosion de la demande

Les réservations pour vivre les vendanges s’envolent très rapidement au vignoble de Donald Bouchard. Au bout de deux à trois semaines, toutes les places sont prises. «On refuse plus de monde qu’on peut en accueillir, admet M. Bouchard. On peut recevoir environ 250 personnes et on peut en refuser plusieurs centaines.»

«C’est devenu quelque chose de très recherché de faire les vendanges au Québec, pas besoin d’aller en Europe si vous voulez.» Certains vignobles vont même jusqu’à faire payer les vendangeurs pour vivre cette expérience, assure le vigneron.

Pas question pour M. Bouchard de faire payer pour les journées de récolte. «Nous, on ne veut pas des gens qui viennent ici pour s’amuser, on veut qu’ils viennent cueillir le raisin, explique-t-il. On ne veut pas des gens qui viennent faire les fous.» La formule s’est avéré gagnante pour eux, alors que le vigneron se dit très satisfait de ses bénévoles cette année. «Ce sont des gens très travaillants, de vrais professionnels.»

Le jeu en vaut la chandelle au vignoble, les bénévoles pouvant amasser facilement jusqu’à 6000 livres de raisins par jour. «Ça roule!», s’exclame le propriétaire de 72 ans. Les résultats de la cueillette se doivent d’être au rendez-vous pour produire les 40 000 bouteilles de vin par année.

Le vignoble Isle de Bacchus

Le vignoble de Donald Bouchard et sa famille a été un des premiers de l’Île d’Orléans. Depuis une trentaine d’années, les viticulteurs y récoltent le raisin et produisent le vin. Il y a 25 ans, l’Isle de Bacchus a ouvert ses portes au public. Avec ses 10 hectares et ses 30 000pi de vignes, le vignoble produit 40 000 bouteilles par année. On y fabrique des vins blancs, rosés et rouges, des vins de glace et des vins apéritifs. Quatre de leurs produits se retrouvent sur les étagères de la SAQ, soit un vin blanc, un vin rouge, le vin de glace et leur Kir de l’Île.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *