Actualités
22:24 7 octobre 2016 | mise à jour le: 7 octobre 2016 à 22:24 Temps de lecture: 3 minutes

De polices à cyclistes pour le Grand Défi Pierre-Lavoie

DÉFI. Les policiers de la Sûreté du Québec ne sont pas là que pour surveiller la circulation lors du Grand Défi Pierre-Lavoie. Certains d’entre eux enfourchent également la selle de leur vélo pour parcourir les 1000km du défi sportif.

La première fois que Martin Thiffeault a participé au Grand Défi Pierre-Lavoie en 2012, il n’était pas un participant, simplement un policier originaire de Chicoutimi qui assurait la circulation dans le parc des Laurentides pour le passage de nuit des convois de cyclistes. «Lors de cette nuit-là, j’ai croisé une multitude d’amis de mon âge et qui n’étaient pas nécessairement sportifs plus jeune, raconte-t-il. Il se sont convertis.»

À l’époque, la forme n’était pas au rendez-vous pour le policier de la Sûreté du Québec: fumeur de cigares, il n’aurait pas cru un jour réaliser lui aussi le parcours de 1000km. «Quand le Gand Défi est passé, j’ai mangé quelques claques derrière la tête, relate-t-il en riant. Des amis qui me reconnaissaient et me taquinaient, me criant de venir les rejoindre.»

À ce moment précis, Martin Thiffeault savait que quelque chose venait de changer, ébranlé par le passage de toutes ses connaissances assez en forme pour réaliser les 1000km de vélo. «Rien n’arrive pour rien dans la vie», est-il toujours convaincu. «J’ai éteint mon dernier cigare cette nuit-là. Je l’ai même dit à haute voix: « J’éteins, je ne fumerai plus et l’année prochaine, on forme une nouvelle équipe pour la Sûreté du Québec. »»

Nouvelle année, nouvelle équipe

La Sûreté du Québec avait déjà envoyé un groupe de cyclistes au Grand Défi Pierre-Lavoie en 2011, mais la tâche s’était révélée ardue pour les policiers. «C’est environ 30 000$ qu’on doit amasser chaque année, tout en commanditaires accrédités qui doivent montrer patte blanche pour qu’on puisse les apposer sur notre campeur ou nos maillots», explique Martin Thiffeault. Celui-ci a repris les rênes de l’équipe et s’occupe d’aller chercher les commandites aux comptes gouttes.

Il ne faut pas croire qu’un défi de la sorte est plus facile parce qu’on est policier, au contraire, pensent Martin Thiffeault et son équipe. «Quand on arrive dans la police, on est super en forme, mais on en perd avec les années», admet-il. Les horaires variés, de jour, de soir et de nuit, compliquent aussi l’entraînement. «C’est difficile pour tout le monde, mais disons que quand tu dois aller t’entraîner après sept jours en ligne de nuit, ce n’est pas évident de se motiver», avoue-t-il.

La SQ a remis 10 080$ pour les écoles de la Place de l’Éveil et de la Châtelaine sur la Côte-de-Beaupré, un montant à consacrer pour des activités sportives. «On sait que ça va être utilisé pour des affaires qui ne sont pas priorisées habituellement, explique le policier Jean-François Simard, également de la partie. Ça va servir pour améliorer les saines habitudes de vie des enfants.»

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *