Actualités
22:00 19 janvier 2016 | mise à jour le: 19 janvier 2016 à 22:00 temps de lecture: 3 minutes

Eau rouillée sur la rue de l’Église à L’Ange-Gardien

AQUEDUC. Vêtements brisés et bains tachés attendent chaque été des résidents de la rue de l’Église à L’Ange-Gardien sur la Côte-de-Beaupré, un problème bien connu des résidents du coin, mais où la municipalité ne donne pas signe de vie.

Cette petite rue en cul-de-sac est située tout près de l’église à L’Ange-Gardien, perpendiculaire à l’avenue Royale. Le problème, aux dires des résidents, est que l’eau n’y circule pas, causant des accumulations de dépôt dans les tuyaux qui donnent à l’eau une teinte orangée.

«Le seul moment où l’eau circule, c’est quand des résidents la font couler, rapporte un habitant des lieux, François Breton. À l’entrée de la rue, c’est mieux, mais à l’extrémité, les gens ont vraiment des problèmes.» Il raconte qu’un de ses voisins a dû jeter des vêtements pâles, tachés par l’eau dans la laveuse. «Maintenant, il va chez le nettoyeur pour son linge pâle.»

Les résidents ont chacun leur histoire. Certains racontent avoir des taches dans leur baignoire. D’autres encore rapportent avoir voulu installer un filtre, rapidement saturé. Certains par contre, habitant tout près de l’extrémité de l’avenue Royale, n’ont pas eu connaissance du problème.

«Quand je pars et que je ne fais pas couler l’eau pendant 24 heures, je sais qu’elle va être jaune, nous explique un second résident, M. Ferland. Ce n’est pas si mal chez nous, mais plus on va loin dans la rue, pire c’est.» Le problème apparait surtout durant la saison chaude, pour une raison qui échappe aux différents résidents de la rue.

Silence à la ville

Contactée à plusieurs reprises sur le sujet, l’administration de L’Ange-Gardien n’a pas retourné les appels de L’Autre Voix. «On s’est fait dire qu’ils allaient réparer, mais à date on attend et rien ne s’est passé», affirme M. Breton.

Selon lui, les derniers travaux réalisés sur l’avenue Royale en 2014 ont réglé une partie du problème, sans le résoudre complètement. «Je suis né dans cette rue-ci, j’ai vu les gens venir poser les tuyaux vers 1950, se souvient-il. Ils ont fait des travaux aux deux extrémités, mais au centre, ce sont encore les mêmes.»

Pour l’instant, pour faire circuler l’eau dans les tuyaux, on fait couler l’eau de la borne-fontaine à l’extrémité du cul-de-sac. «Ils ne peuvent pas le faire l’hiver, pour ne pas glacer la rue, croit M. Breton. Ça arrive quelques fois par été. On avait suggéré aux deux semaines, mais je ne sais pas s’ils le font tout le temps, je ne suis pas toujours là pour les surveiller.»

Québc Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *