Actualités
21:01 28 juin 2016 | mise à jour le: 28 juin 2016 à 21:01 temps de lecture: 3 minutes

Tous impliqués pour les paysages

DÉVELOPPEMENT. Après deux premières ententes où on a étudié chaque recoin de paysage, la nouvelle entente sur la mise en valeur et la protection des paysages de la Capitale-Nationale 2016-2019 ouvre la porte à une nouvelle étape, celle de la concrétisation des projets de réaménagement.

Les MRC de La Côte-de-Beaupré, de Charlevoix et de Charlevoix-Est ont renouvelé l’entente sur la mise en valeur et la protection des paysages de la Capitale-Nationale, à laquelle se sont jointes les MRC de Portneuf, de l’Île d’Orléans ainsi que la Communauté métropolitaine de Québec.

Les élus municipaux sont unanimes autour de ce point: les paysages longeant la route 138 dans la Capitale-Nationale sont source de développement touristique, mais également, économique et social pour les régions qui les valorisent. «Il n’en tient qu’à nous de mettre en valeur nos paysages», a lancé la préfète de La Côte-de-Beaupré, Parise Cormier, en citant le célèbre empereur Hadrien.

Les deux premières ententes comprenaient une enveloppe budgétaire avoisinant les 500 000$ chacune, estime Développement Côte-de-Beaupré (DCB), gestionnaire de l’entente. «Les premières ententes ont surtout servi à bien comprendre les enjeux, à mobiliser nos acteurs», rapporte le directeur de DCB, Bernard Paré. Les gestionnaires de la dernière entente souhaitent doubler l’enveloppe budgétaire de celle-ci, présentement à 210 000 $.

Rattraper le temps perdu

Le préfet de la MRC de l’Île d’Orléans, Jean-Pierre Turcotte, dit avoir constaté au cours des années que l’Île d’Orléans n’a plus les mêmes percées visuelles qu’avant. «C’est ça qui fait que les touristes viennent, les paysages, croit-il. Si on laisse les choses se détériorer, les gens ne viendront plus.» Le maire de Sainte-Famille dit vouloir rattraper le temps perdu avec l’entrée dans cette nouvelle entente.

À l’arrivée de cette nouvelle entente, c’est le sentiment d’appartenance et l’adhésion qu’on veut renforcer auprès d’un auditoire plus large. «C’est beaucoup le milieu municipal qui s’est commis par les ententes», explique la chargée de projet pour cette entente, Françoise Roy. Les partenaires de l’entente veulent désormais impliquer davantage les partenaires gouvernementaux, les entrepreneurs et la population, aussi bien résidente que visiteur.

Plusieurs projets sont cités en exemple par Françoise Roy pour montrer comment les entreprises privées et les différents paliers de gouvernement peuvent travailler ensemble à la mise en valeur du territoire. Outre les différents guides élaborés par les MRC, Développement Côte-de-Beaupré continue son projet pilote de revitalisation de la route 138 à L’Ange-Gardien. «On peut vraiment dire qu’on est au ras des pâquerettes, lance à la blague la chargée de projets. Nous sommes allés présenter différents types d’aménagement paysager à des entrepreneurs pour leur montrer qu’eux aussi pouvaient faire quelque chose dans l’embellissement des lieux.»

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *