Actualités
13:46 18 juillet 2011 | mise à jour le: 18 juillet 2011 à 13:46 temps de lecture: 3 minutes

Sainte-Anne-de-Beaupré et Basse-Normandie: les liens sont tissés

Sainte-Anne-de-Beaupré a renoué, dernièrement, avec la terre d’un de ses fondateurs, Étiennne de Lessart, à Chambois, dans la Basse-Normandie, afin de créer des liens avec cette région de la France d’où proviennent tant de familles souches au Québec.

Dans le cadre du projet Je me souviens de ma Normandie, une délégation de cinq personnes de Sainte-Anne-de-Beaupré a traversé l’Océan Atlantique, en avion, afin de rendre la pareille aux cousins des vieux pays qui étaient venus faire quelques visites dans la région, soit en février 2010 et 2011.

«Nous avons été impressionnés par la qualité de leur accueil chaleureux et de l’intérêt qu’ils portent aux Québécois», commente le maire de Sainte-Anne-de-Beaupré, Jean-Luc Fortin, en précisant que chaque membre de la délégation a défrayé son voyage en entier.

Le périple outre-mer a permis notamment d’établir des contacts avec les représentants de la Basse-Normandie afin d’élaborer d’éventuels échanges dans les domaines scolaire (primaire et secondaire), agricole, musical, des pompiers, notamment. Le tout en collaboration avec l’Association des familles souches.

Une histoire si riche

Les Québécois ont aussi pu découvrir un coin de la France riche en histoire qu’ils vivent au quotidien.

«Ils ne semblent pas constater l’immensité de leur richesse patrimoniale. C’est très impressionnant et émouvant d’entendre des gens qui l’ont vécue se faire raconter l’histoire du couloir de la mort, un réduit (rivière encaissée) entre Trun et Chambois où les Alliés ont attaqué les Allemands qui, en panique, se sont sauvés en chars d’assaut passant même par-dessus leurs propres fantassins», rappelle M. Fortin.

Il ajoute que des objets de la Seconde Guerre mondiale sont encore découverts aujourd’hui sur les lieux des combats féroces de 1944.

Des fortes émotions

«Nous avons visité un cimetière de 10 000 tombes alignées de soldats morts en devoir et qui étaient âgés de 17 à 24 ans. La notion de guerre prend une autre dimension. L’émotion était aussi très grande lorsque nous nous sommes rendus à l’endroit du débarquement de Normandie, un site protégé par l’Organisation des Nations Unies (ONU)», souligne le maire de Sainte-Anne-de-Beaupré.

Réception chez le maire de Camembert, récital d’une chorale en hommage à la délégation québécoise, visites de sites archéologiques datant de plus de 5000 ans, du Mont-Saint-Michel, de la Cathédrale de Lisieux et du Donjon de Chambois ont aussi fait partie du voyage qui s’est déroulé du 4 au 12 juin.

Emballée par la qualité de la gastronomie normande, la délégation de Sainte-Anne-de-Beaupré s’est dite impressionnée par la qualité des politiciens français et par le respect que les citoyens leur portent.

«Un voyage dans le temps et dans l’espace qui jette les bases à une belle association entre Sainte-Anne-de-Beaupré et Chambois», de déclarer Jean-Luc Fortin.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *