Actualités
13:14 18 avril 2018 | mise à jour le: 18 avril 2018 à 13:14 Temps de lecture: 2 minutes

Reconversion de l’Auberge du Sanctuaire

Le conseil d’administration de Développement Côte-de-Beaupré vient d’autoriser le financement d’une étude de préfaisabilité visant la reconversion de l’Auberge du Sanctuaire. Cette décision est directement liée au projet d’aménagement du quai de Saint-Anne-de-Beaupré, toujours bien vivant auprès de l’organisme.

Une étude de préfaisabilité commandée

Photo TC Media – Rénald Létourneau

«Les opérations de croisières relatives au quai, tel l’accueil et l’ensemble des fonctions logistiques, exigent l’utilisation d’espaces pouvant accueillir un nombre important de croisiéristes», explique Bernard Paré, directeur général de Développement Côte-de-Beaupré.

«Actuellement, ces infrastructures sont inexistantes aux abords du quai. L’Auberge du Sanctuaire nous apparaît l’endroit idéal pour établir tous les services nécessaires. L’étude que nous avons commandée devrait être réalisée d’ici les prochaines semaines. Ainsi, nous aurons des réponses à plusieurs questions préliminaires, notamment l’état du bâtiment, la faisabilité du projet à cet endroit précis, la convenance et la conformité quant à la fonction que nous voulons donner à l’auberge. En ce sens, les gens qui procèdent à l’étude nous fourniront des idées concernant les activités qui pourraient y être tenues. Nous gardons toujours à l’esprit les coûts d’un tel projet», précise Bernard Paré.

Il est à noter qu’il s’agit d’une étude de préfaisabilité et non de faisabilité. Le comité est donc loin de solliciter des plans et devis. Si l’étude actuelle est concluante, d’autres sommes seront alors versées pour développer davantage le concept. On se rappellera que la décision de fermer définitivement l’Auberge du Sanctuaire est survenue en décembre dernier.

Elle avait été prise par la Congrégation des Pères Rédemptoristes lors de son chapitre décisionnel. La raison évoquée pour justifier cette position était le coût inhérent à la réfection du bâtiment. Des investissements évalués à quelque 800 000$ auraient été nécessaires pour rendre l’auberge conforme aux normes actuelles.

Il est à noter qu’il s’agit d’une étude de préfaisabilité et non de faisabilité.

Photo TC Media – Rénald Létourneau

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *