Actualités
14:01 29 août 2018 | mise à jour le: 29 août 2018 à 14:01 temps de lecture: 4 minutes

L’état du pont de l’île décourage-t-il les visiteurs?

C’est bien connu, l’île d’Orléans est une mine d’or pour les récoltes locales. Tandis que la saison des fraises bat son plein et que celle des pommes est à nos portes, la question se pose : les cueilleurs craindront-ils de traverser le pont qui relie l’île à la rive nord de Québec ?  

L’état du pont inquiète

Photo Métro Média – Archives

Une vidéo récemment publiée par un internaute se trouvant sous la structure et pointant du doigt les imperfections du pont de l’île d’Orléans a rapidement mis le feu aux poudres. Réactions en chaîne, le Ministère des Transports du Québec (MTQ) a vite voulu rassurer les usagers.  

Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ, a jugé utile de remettre les pendules à l’heure, pour éviter d’alarmer inutilement la population. En effet, il assure qu’entre 2013 et 2015, des travaux d’entretien de l’ordre de 6M$ ont été effectués sur l’ensemble de la structure vieille de 83 ans, afin de s’assurer d’une préservation à long terme. D’ailleurs, une inspection «doigt sur pièce» vient tout juste d’être réalisée par une firme d’ingénieurs, afin de scruter à la loupe l’état de chacune des pièces qui composent le pont.

«En ce qui concerne les structures, il faut prendre le temps de regarder ce que j’appelle la beauté intérieure, c’est-à-dire qu’il ne faut pas se fier à l’allure générale pour juger de sa sécurité. Il faut plutôt vérifier la capacité de chacun des éléments à jouer leur rôle et dans ce cas-ci, il demeure sécuritaire», rappelle M. Paradis. Il ajoute que les études semblables sont menées en moyenne aux trois ans, mais que dans le cas de ce pont-ci, elles sont plutôt réalisées dans un intervalle de deux ans.  

Un impact sur le tourisme ?

Les déplacements sur le pont qui dessert les quelque 7000 insulaires connaissent une forte augmentation pendant la période estivale. Annuellement, ce sont plus de 675 000 touristes qui empruntent le lien long de 1,7km.

François Lemelin, représentant du Ministère du Tourisme, affirme que rien ne laisse présager que de tels pourparlers ont une réelle incidence sur le choix d’une destination touristique. Pour Brigitte Bouchard, coordonnatrice au bureau d’accueil touristique de l’île d’Orléans, il n’y a, en effet, pas lieu de se préoccuper d’une possible diminution de l’achalandage des visiteurs, alors que les données enregistr��es jusqu’à présent montrent une hausse significative par rapport aux étés passés.

Même constat du côté de la MRC, où le préfet, Harold Noël indique n’avoir «aucune inquiétude» à cet effet. «Il est composé de plusieurs tonnes de béton et d’acier, alors même s’il en manque quelques livres, je ne crois pas que ça puisse affecter quoi que ce soit», avance celui qui a également observé une «affluence monstre» lors d’un récent événement de tirs de tracteurs, soit 20% de plus que les éditions précédentes.

Rappelons qu’un projet de nouveau pont à haubans estimé à plus de 100M$ avait été annoncé à la fin de l’année 2015 pour remplacer l’actuel d’ici 2024. Le processus en est actuellement à l’étape de la planification, où sont examinés les plans conceptuels du lien pour qu’il soit sécuritaire et efficace et pour réduire les impacts environnementaux reliés à sa construction.  

Quotidiennement, ce sont près de 12 000 véhicules qui traversent le pont de l’île d’Orléans

Photo – Deposit Photos

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *