Actualités
16:26 23 janvier 2018 | mise à jour le: 23 janvier 2018 à 16:26 temps de lecture: 4 minutes

Derek Powers, le B-boy de Saint-Joachim

Accompagné de six danseurs de Québec, Derek Powers commence l’année 2018 sous les projecteurs. Ils prendront part à l’émission Danser pour Gagner diffusée à V Télé.

«À ce moment, j’étais toujours sur mes mains, dans mon salon. Ma mère a constaté mon côté artistique et m’a inscrite au Studio Party Time.»

Photo TC Media – Geoffré Samson

Issue d’une sélection parmi 40 équipes de la province, la troupe de breakdance et de hip-hop MARVL s’est démarquée par son style et ses acrobaties auprès des juges afin d’être choisi.

Jusqu’à tout récemment, le danseur de la Côte-de-Beaupré enseignait encore dans l’école de danse située dans le Gym Ultra, à Sainte-Anne-de-Beaupré. Pour le temps de la compétition télé, il a laissé ses étudiants entre les mains d’un autre professeur.

Derek Powers est son vrai nom, il est natif de Saint-Joachim, sur la Côte-de-Beaupré. Âgée de 21 ans, il a fait ses premiers pas de danse il y a plus d’une décennie. Lorsqu’il était étudiant à l’école secondaire du Mont-Saint-Anne, il savait très tôt que les sports l’intéressaient moins. Il eut l’étincelle du breakdance en voyant le film You Got Served (2004).

«À ce moment, j’étais toujours sur mes mains, dans mon salon. Ma mère a constaté mon côté artistique et m’a inscrite au Studio Party Time.»

Même à l’école, le jeune Powers était reconnu pour ses prouesses acrobatiques et faisait des spectacles lors de certains événements.

Après le secondaire, il a fait des études en éducation spécialisée, au Collège Mérici, mais la danse l’appelait davantage.

«Plus les années avançaient, plus il y a des compétitions et des voyages. J’ai d’ailleurs été à New York et à Halifax. Lors de ces déplacements, on crée et on développe des liens avec des gens qui n’auraient pas été possibles autrement.»

Le prof

Même avec un horaire chargé, Derek n’a jamais arrêté d’enseigner le breakdance.

«J’aime voir grandir la nouvelle génération, car le break est méconnu. Je crois faire une différence auprès de ces jeunes en partageant mes connaissances. C’est mon salaire du cœur.»

MARVL est aussi du Studio Party Time. Bien que la troupe recrute les élites, Derek ne montrait pas d’intérêt jusqu’à trois semaines avant son recrutement. En mai 2017, il est invité à se joindre au groupe.

«Accompagné de Kristopher et Ralph, on devait collaborer à faire un numéro de 30 secondes avec MARVL. On travaillait bien ensemble. Je pratiquais sans attente et ils nous ont fait leur proposition.»

MARVL est formé de neuf danseurs, mais dans le cadre de Danser pour Gagner, ils seront seulement sept, accompagnés de deux coachs, Krystel Pitre et Tommy Tremblay, membre cofondateur de la troupe.

L’importance des parents

Selon le danseur, sa mère serait sa plus grande admiratrice. D’ailleurs, il mentionne que ses parents ont toujours cru en son talent et il ressent cette fierté. Comme enseignant, il découvre d’autres regards.

«Quand je vois les étincelles dans les yeux des parents qui regardent leurs enfants danser, c’est un accomplissement personnel, car les parents me font confiance.»

L’émission commence le 24 janvier et les danseurs seront en direct sur les ondes de V Télé.

«Bien que ce soit une compétition, MARVL est déjà gagnant», conclut Derek Powers.

Même avec un horaire chargé, Derek n’a jamais arrêté d’enseigner le breakdance.

Photo TC Media – Geoffré Samson

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *