Actualités
15:25 30 janvier 2018 | mise à jour le: 30 janvier 2018 à 15:25 temps de lecture: 3 minutes

L’Aquarelle s’efface à L’Ange-Gardien

L’Ange-Gardien a deux épiciers sur son territoire, dont Accomodation Aquarelle 2014, situé dans la portion nord de la municipalité. Au cours des dernières semaines, l’éventuelle fermeture du commerce inquiète.

L’épicerie est à L’Ange-Gardien depuis plus de trois décennies.

Photo TC Media – Geoffré Samson

Depuis plus de deux ans, le propriétaire de l’Aquarelle, Marc Chabot, tente de vendre son entreprise, acquise en mars 2014. Aucune offre sérieuse n’a été faite pour reprendre le flambeau du «dépanneur», ouvert depuis 35 ans.

Les coûts sont plus élevés que le rendement procuré par les ventes et malgré le fait qu’il a réduit les heures d’ouverture quotidiennes à huit, plutôt que 13 précédemment. Cette diminution du chiffre d’affaires est, entre autres, attribuable à la baisse de la clientèle touristique et des plaisanciers estivaux.

«Lorsque j’ai acheté, j’étais à la retraite. Je savais que je serais ici pendant environ trois ans et j’avais des idées de grandeur. J’ai beaucoup investi, mais je dois prendre des décisions», exprime le propriétaire.

M. Chabot sait qu’il ne peut pas rivaliser avec les «grandes chaines», mais dit qu’il a toujours été ouvert à offrir les produits demandés pas sa clientèle.

«Certains clients me ramènent leur caisse de bière vide avec un collant d’une autre épicerie dessus. Je les prends sans problème, mais ils n’en reprennent pas d’autres et vont l’acheter ailleurs. Je ne peux pas survivre en vendant des pintes de lait, des cigarettes et des journaux.»

Le gérant de l’établissement, Éric Perron, mentionne qu’il a proposé au propriétaire de lui louer le commerce, afin qu’il demeure ouvert. Il travaille 56 heures par semaine. Une entente n’est pas encore convenue et les principaux intéressés sont toujours en discussion. Selon une note inscrite sur le comptoir, la date de fermeture est prévue le 28 février prochain.

Tous les clients que L’Autre Voix a rencontrés se disaient désolés et qu’ils entrevoyaient très mal d’aller au «village» pour leurs achats.

«Je suis en train d’évaluer toutes les options, il est possible que nous restions ouvert. La réduction des heures est financièrement positif.», ajoute M. Chabot.

Si la fermeture devait arriver, le propriétaire compte faire démolir le bâtiment, y bâtir une résidence privée et y habiter.

Le maire de L’Ange-Gardien, Pierre Lefrançois, est pour sa part désolé de cette situation. Il mentionne ne jamais avoir reçu de demande de Marc Chabot et n’est pas au courant du dossier. Le maire se dit ouvert à le rencontrer. «Si la municipalité peut faire quelque chose, nous le ferons. Je suis toujours en mode solution.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *