Actualités
23:50 16 juillet 2018 | mise à jour le: 16 juillet 2018 à 23:50 Temps de lecture: 3 minutes

Pas de crise du recyclage sur la Côte-de-Beaupré

Bien que l’industrie du recyclage se retrouve actuellement dans une impasse semblable à celle de 2008-2009, la MRC de la Côte-de-Beaupré a tenu à rassurer sa population quant à l’avenir de ce qu’elle dépose chaque semaine dans ses bacs bleus.  

Les quelque 50 000 tonnes de matières récupérées annuellement à Lévis sont, en majorité, vendues à des compagnies québécoises

Photo Métro Média – Archives

C’est que, depuis l’automne, la Chine refuse catégoriquement d’importer celles qui sont en moins bonne condition, ses normes étant désormais plus élevées. Depuis, ce pays, qui est l’un des principaux acheteurs de matières recyclables à l’international, a resserré ses critères de qualité aux vendeurs de pays étrangers.

De nouveaux seuils, principalement en ce qui concerne le papier et le plastique, ont été fixés à moins de 1% de contamination. Ainsi, on espère n’importer que les ballots qui atteignent le plus haut degré de qualité qui soit, provoquant du même coup une accumulation de certains ballots dans les centres de tri, un peu partout dans la province.

C’est donc dans l’optique de pallier leur inquiétude que quelques municipalités de la MRC ont récemment partagé publiquement un communiqué à leurs citoyens, concernant ces présumés amoncellements de matières recyclables qui se forment dans les centres de tri.

Selon Marie-Andrée St-Pierre, conseillère environnementale à la MRC, on veut surtout éviter que les gens en viennent à cesser de recycler, pensant à tort qu’elles sont parfois dédiées à l’enfouissement, au même titre que les matières résiduelles.

Souci de l’environnement et des personnes

Le territoire de la Côte-de-Beaupré est desservi par les centres de tri de Québec et de Lévis, tous deux opérés par la Société VIA inc. Tel qu’indiqué sur le site web de l’organisme à but non lucratif (OBNL), «la Société VIA est reconnue comme une entreprise d’économie sociale active dans son milieu», d’où elle tire d’ailleurs l’acronyme Vie, Intégration et Apprentissage, qui témoigne des valeurs qu’elle met de l’avant.

Favorisant la mise au travail de personnes ayant une limitation fonctionnelle, l’organisme de réinsertion sociale préconise le tri manuel au tri automatisé, afin d’augmenter la condition des matières, tout en diminuant le risque d’erreur duquel n’est pas à l’abri l’équipement mécanique.

Mme St-Pierre précise donc que tout ce qui est déposé dans les bacs bleus se retrouve sur le marché du recyclage, la Société VIA inc. misant fortement sur la qualité des produits recyclés pour satisfaire aux exigences des papetières et des recycleurs de plastique québécois.  

«VIA n’est pas vraiment victime de la crise, car elle fait affaire avec des compagnies principalement québécoises, alors il n’y a pas nécessairement de surplus causés par le refus de la Chine», déclare-t-elle, ajoutant que cette entreprise innovatrice fait notamment affaire avec Cascade, Kruger et Bolonec.

Au Québec, plus de 60% des matières recyclables récupérées étaient exportées vers l’Asie.  

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *