Actualités
19:25 1 décembre 2008 | mise à jour le: 1 décembre 2008 à 19:25 Temps de lecture: 3 minutes

Des boulets rouges sur Raymond Bernier

À l’instar de son chef Jean Charest, le libéral Raymond Bernier a dû repousser plusieurs attaques de ses opposants lors du débat des candidats de la circonscription présenté par la Télévision d’Ici jusqu’au vendredi 5 décembre.

Dès le premier thème de l’économie et de l’emploi, les candidats péquiste Jacques Nadeau, adéquiste Hubert Benoit et vert Jacques Legros ont demandé à M. Bernier de répondre des actes du gouvernement libéral depuis son arrivée au pouvoir le 14 avril 2003.

Les échanges ont été tellement musclés à certains moments que l’animatrice de Place publique et modératrice du débat, Lysanne Marois-Ouellet, a dû élever le ton pour pouvoir ramener les antagonistes à l’ordre.

Les charges des candidats envers l’ancien député de Montmorency, de 2003 à 2007, ont notamment porté sur les gestes que le gouvernement sortant aurait dû ou devrait apporter pour améliorer la condition de vie de la population face à la crise économique qui s’amène à grands pas.

Le ton était aussi à la confrontation lors du thème de la santé et de l’environnement où les candidats péquiste et vert ont reproché au gouvernement Charest son inaction dans le dossier du port méthanier devant l’Île d’Orléans, à Lévis.

Bernier passe à l’offensive

Quoi que sur la défensive, Raymond Bernier a été en mesure de passer à l’attaque en rappelant son bilan lorsqu’il a représenté les gens de Montmorency à l’Assemblée nationale. Il a notamment noté que plus de 100 millions $ avaient été investis dans différents projets d’infrastructures durant ses quatre années comme député.

La force des décibels produits par les Bernier, Nadeau, Benoit et Legros contrastait sensiblement par rapport au calme de la candidate de Québec Solidaire, Lucie Charbonneau, prise au milieu des assauts que se donnaient ses opposants.

Le débat, dont les questions avaient été suggérées par l’auteur de ces lignes, a aussi abordé les thèmes de l’éducation et la famille ainsi que la culture et le tourisme.

Sans Pauline Marois

Le débat mettant aux prises les candidats de la circonscription de Charlevoix s’est déroulé dans une ambiance beaucoup plus conviviale. Les discussions entre l’adéquiste Mark Cardwell, le représentant de Québec Solidaire, André Jacob, le libéral Jean-Luc Simard et le vert David Turcotte ont rarement été enflammées.

Les candidats Cardwell et Simard ont bien déploré l’absence de la députée sortante, Pauline Marois, qui avait décliné l’invitation de la Télé d’Ici en raison de ses obligations de chef du Parti québécois, mais la teneur des échanges ne ressemblait en rien à celle qui a pimenté l’autre débat.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *