Actualités
20:09 13 avril 2010 | mise à jour le: 13 avril 2010 à 20:09 Temps de lecture: 3 minutes

Peine et espérance pour la dernière messe à Boischatel

C’est en se tournant vers Saint-Louis de Courville que 450 résidents de Boischatel ont quitté l’église bondée de Sainte-Marguerite-Marie, au terme de la dernière messe célébrée, dimanche, puisque leur temple est dorénavant fermé au culte religieux.

redaction.lautrevoix@transcontinental.ca

La peine et l’espérance se côtoyaient au sein de la communauté chrétienne qui ne fréquente plus suffisamment l’église érigée en 1938. Des paroissiennes ont même versé quelques larmes en arrivant à leur banc.

Le Conseil de fabrique de la paroisse Bienheureuse-Marie-Catherine-de-Saint-Augustin l’a déclaré excédentaire lors du dépôt de son Plan directeur immobilier en mars 2009, lequel a été approuvé par Mgr Marc Ouellet en avril 2009. Les églises Saint-Thomas de Villeneuve et Saint-Grégoire de Montmorency, à Beauport, connaîtront le même sort. Celle de Saint-Louis de Courville accueillera les paroissiens pour le culte.

Phénomène provincial

«Cette situation que nous vivons aujourd’hui, existe dans toute la province de Québec. On n’a pas trouvé le tour de transmettre la foi à la nouvelle génération», déclare dans son homélie Mgr Gilles Lemay, qui a présidé la cérémonie, en compagnie d’autres prêtres, dont le curé de la paroisse, Raynald Côté.
«Il ne faut pas s’arrêter à cette tristesse. Oui, il faut la vivre, mais il faut aussi se projeter dans le futur qui va se construire avec vous, par vous», ajoute Mgr Lemay.
«Il s’agit d’une perte douloureuse, impensable il y a quelques années. Nous devons être reconnaissants pour ce que nous avons vécu de beau dans ce lieu. Même à travers ce déchirement, nous ne formons qu’un seul corps», affirme le curé Côté.

Se rappeler des beaux moments

Animée par les chants de la chorale qui se joindra à celle de Saint-Louis de Courville, la célébration d’une grande sobriété a été relevée par la participation de plusieurs paroissiens dont le conseiller municipal, Bernard Fournier, qui a rappelé les grands moments passés dans l’église.
«La route continue. Nous avons un héritage à partager», mentionne M. Fournier.

La pierre d’autel et la statue de Sainte-Marguerite-Marie seront transférées dans l’église Saint-Louis de Courville.

Vocation multiple

La bâtisse ne sera pas détruite. La municipalité de Boischatel l’a acquise au coût de 75 000 $. Au rez-de-chaussée, on retrouvera une salle communautaire pour des activités telles une bibliothèque de livres et de DVD à caractère spirituel et religieux.

Selon le maire de Boischatel, Yves Germain, des logements pour personnes âgées autonomes seront aménagés à l’étage. La maçonnerie sera conservée afin de rappeler qu’une église a rassemblé les paroissiens de Boischatel durant 72 ans.

Les faits marquants

1664: première messe à Boischatel dans la maison de l’ancêtre Jean Trudelle

1925: fondation de la paroisse Marguerite-Marie (avant Saints Anges Gardiens)

1926: construction du presbytère

1938: construction de l’église

2002: fusion à la nouvelle paroisse de Bienheureuse-Catherine-de-Saint-Augustin

11 avril 2010: désacralisation de l’église Marguerite-Marie

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *