Actualités
20:51 18 mai 2010 | mise à jour le: 18 mai 2010 à 20:51 temps de lecture: 3 minutes

La Marie Clarisse devient un bateau école

Passionnés de la voile, la directrice de l’École primaire de l’Île d’Orléans, Anick Dumas, et son conjoint, Jean-Pierre Nadeau, ont trouvé une façon originale de contrer le décrochage scolaire. Grâce à la collaboration du Musée maritime de Charlevoix, ils relancent en mer la goélette Marie Clarisse, sous forme de bateau école.

Le couple veut permettre à des étudiants de secondaire 4 et 5, âgés de 16 à 20 ans, de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, qui appuie l’initiative, de relever des défis et de développer de nouvelles passions.
«L’idée est venue d’un membre du conseil d’administration du Musée maritime de Charlevoix et de la Fondation Rose des Vents, Fernand Desgagnés qui souhaitait que la Marie Clarisse puisse naviguer à voile», précise Anick Dumas, en entrevue à L’Autre Voix.

Développer la persévérance

«La mission que nous nous sommes donnée vise à augmenter l’estime de soi, développer la persévérance et amener des jeunes à se surpasser en travaillant et en étant solidaires les uns des autres», commente la directrice d’école.

Dès cet été, six groupes composés de six jeunes (garçons ou filles, groupes non mixtes) seront invités à participer au projet étalé sur 12 jours. Les stages se dérouleront du 24 juin au 24 août.

Une riche tradition

«Les jeunes qui manquent de motivation à l’école pourront, durant les trois premiers jours, se familiariser avec les métiers et tradition du fleuve Saint-Laurent, au Musée maritime de Charlevoix, à Saint-Joseph-de-la-Rive», explique Mme Dumas, qui a fait la manchette en juin 2008 alors qu’elle a effectué la traversée de l’Atlantique en voilier.

La deuxième étape de neuf jours débute par l’embarquement à Rimouski, à bord de la réputée Marie Clarisse.
«Le jeune y apprendra la vie en mer, les manœuvres à la voile, la navigation et la conduite du bateau. La coopération, l’harmonie et le travail d’équipe représentent des conditions essentielles pour mener à bien une telle aventure», mentionne Anick Dumas.

Des stages en cuisine

Un autre volet s’ajoute au projet puisque des élèves du Centre de formation professionnelle Fierbourg feront partie du voyage afin de cuisiner à bord et de superviser les jeunes dans l’accomplissement des tâches liés aux repas et à l’entretien des lieux.

Le coût de l’activité est fixé à 700 $. Le Musée maritime de Charlevoix, la Fondation Rose des Vents et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine contribuent financièrement à perpétuer la tradition de navigation maritime au Québec.

Une belle histoire

Inspectée par Transports Canada, la Marie Clarisse aura à son bord 12 personnes, dont les six étudiants. Autrefois appelée le Archie F. MacKenzie, la goélette qui a servi pour la pêche dans les bancs de Terre-Neuve-et-Labrador, dès 1923, et pour le cabotage constitue le premier bateau école sur le fleuve Saint-Laurent au Québec.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *