Actualités
16:34 28 mai 2010 | mise à jour le: 28 mai 2010 à 16:34 temps de lecture: 3 minutes

Olivia Robinet-Pigeon, la plus jeune des futurs leaders du monde

Malgré son âge, Olivia Robinet-Pigeon est maintenant une jeune leader pour le G8/G20, mais aussi pour la mission économique qui aura lieu cette année en Chine.

Si la jeune fille de 14 ans de Sainte-Anne-de-Beaupré et de L’Ange-Gardien peut se vanter de cela, c’est parce qu’elle a fait partie des 14 jeunes Québécois et 130 Canadiens qui ont pris part au Caucus National des Jeunes Ambassadeurs, du 15 au 19 mai, à Ottawa.

L’étudiante en troisième secondaire à l’École secondaire du Mont-Sainte-Anne, à Beaupré, a été choisie par l’organisme Vision Internationale, même si l’âge minimum était fixé à 16 ans.

L’Autre Voix publie cette semaine le compte-rendu qu’elle a fait parvenir au journal:

Pour appliquer au Caucus, il fallait d’abord avoir participé au Séminaire des Leaders du Monde qui a eu lieu un peu partout au Canada. Celui de Québec s’est tenu à la mi-mars à l’hôtel Delta. J’ai été des plus heureuses, mais aussi des plus étonnées lorsque Vision Internationale m’a appris que mon application pour le caucus à Ottawa avait été sélectionnée avec celles de 13 autres jeunes du Québec. En effet, j’étais la plus jeune.

Je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait une fois là-bas. Tout ce que je savais, c’était que le but de cette rencontre de cinq jours est de former de jeunes leaders pour le G8/G20, mais aussi pour la mission économique qui aura lieu cette année en Chine.

Le Caucus National des Jeunes regroupait à l’Université d’Ottawa près de 130 jeunes venant des différentes provinces et territoires. C’est d’ailleurs l’une des choses que j’ai préféré le plus : faire des rencontres. Nous avons justement rencontré toutes sortes de gens : d’autres jeunes, des étudiants de diverses universités canadiennes ainsi que des membres de direction, des ambassadeurs et des adjoints de différents pays, des hommes d’affaires, et bien d’autres. Ils avaient tous de nouvelles choses à nous apprendre.

Aussi, nous en avons davantage appris sur la manière dont se déroulent le G8 et le G20 ainsi que sur les négociations qui s’y dérouleront cette année : soit sur la prolifération nucléaire, la relance de l’économie ou encore sur l’environnement. Nous avons même fait une mini-simulation de négociation.

Les conférences auxquelles nous avons assistées portaient sur les différents enjeux du G8 que j’ai énumérés plus haut, mais aussi sur la sécurité alimentaire mondiale et l’agriculture. Le but ultime de ces conférences était de nous sensibiliser aux problèmes que rencontre l’humanité sur ces réalités actuelles du monde.

Bien qu’il manquait visiblement d’organisation dans cet évènement, j’ai trouvé cette expérience des plus bénéfiques. Car non seulement, ce fut une expérience enrichissante relativement à prendre la parole en public et à aller au devant des gens, mais j’ai également la tête pleine de nouvelles idées de projets bénévoles pour l’an prochain à mon école. La sécurité alimentaire mondiale est une des problématiques qui m’interpelle le plus.

J’aimerais également organiser des conférences dans les écoles ou autres lieux de la jeunesse pour justement les sensibiliser à l’avenir de leur planète et par le fait même, à leur propre avenir.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *