Actualités
19:28 20 mai 2010 | mise à jour le: 20 mai 2010 à 19:28 temps de lecture: 3 minutes

Un patrouilleur de la SQ au grand coeur

Cela peut paraître bizarre dans notre coin de pays d’entendre dire que recevoir un étui à crayons procure la même joie que de gagner 1 million $. C’est le cas de 80 jeunes Haïtiens qui ont démontré une reconnaissance sans bornes à l’agent de la Sûreté du Québec Kevin Gleeton, après qu’il ait accompli son action pour cette communauté reconnue comme une des plus démunies dans le monde.

Patrouilleur campé au poste de la SQ de la Municipalité régionale de comté de La Côte-de-Beaupré, à Sainte-Anne-de-Beaupré, M. Gleeton s’est donné comme objectif d’accomplir un geste humanitaire dans le cadre de sa mission de paix de l’Organisation des nations unies (MINUSTAH).
«J’ai constaté que l’école primaire de Cité Soleil, la ville la plus pauvre et la plus violente d’Haïti, ne possédait aucun matériel scolaire. J’ai décidé de faire quelque chose qui s’est traduit par la remise de 80 étuis à crayons», rappelle celui qui patrouille les rues de la région depuis quatre ans.

Des outils de travail

Il a alors demandé à son collègue Martin Thiffault, dont les deux enfants fréquentent le Pensionnat Saint-Cœur-de-Marie de Beauport, de demander à une classe de cinquième année de fabriquer des étuis à crayons à leur manière.

Lors d’un de ses trois congés qui lui permettaient de revenir sur la Côte-de-Beaupré, Kevin Gleeton a récupéré le produit des jeunes. Il a ensuite équipé les jeunes pour une année scolaire en mettant la main dans sa poche.

Des jeunes reconnaissants

«Je suis allé dans un marché public en Haïti et j’ai tout acheté pour 200 $ US. Le 4 septembre 2009, je suis débarqué à l’école pour distribuer le tout aux jeunes. Ils m’ont chanté une chanson et pour eux, c’était comme recevoir 1 million $», mentionne l’agent de la SQ.

M. Gleeton précise que les jeunes Haïtiens vont à l’école pour avoir un repas par jour. Ils arrivent à l’école le ventre vide et essaient d’apprendre en mémorisant ce que leur enseignant leur transmet.

Sensibiliser les jeunes d’ici

Le patrouilleur visait un double objectif lorsqu’il a entrepris son projet humanitaire.
«Je suis retourné au Pensionnat Saint-Cœur-de-Marie et j’ai présenté des photos aux jeunes pour les conscientiser aux conditions difficiles que vivent les enfants en Haïti. Ils ont posé beaucoup de questions et m’ont remercié pour leur avoir montré à quel point ils sont privilégiés d’aller à l’école dans un pays comme le nôtre», souligne M. Gleeton.

Stabiliser le pays

La MINUSTAH est déployée en Haïti depuis 2004. Elle vise à assurer la stabilisation de ce pays des Grandes Antilles, la tenue d’élections libres et la reconstruction des institutions haïtiennes dans un climat de sécurité. Au début de 2008, sa force armée comptait 6848 soldats et sa force policière 2145 agents.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *