Actualités
21:00 21 mars 2017 | mise à jour le: 21 mars 2017 à 21:00 temps de lecture: 3 minutes

Des radars photos payants… sauf en 2015-2016

CONTRAVENTIONS. Même si les radars photo ont permis d’amasser des sommes impressionnantes depuis leur implantation en 2009, le rapport d’évaluation déposé récemment à l’Assemblée nationale montre un déficit de 716 000$ pour l’année 2015-2016.

Près de 3M$ en contraventions sur la Côte-de-Beaupré depuis 2009.

TC Media – Archives

La deuxième phase d’implantation des cinémomètres photographiques a nécessité des coûts importants d’installation, de signalisation et de formation. Une campagne d’information de 570 000$ y était également liée. Ces coûts, additionnés à une diminution des constats émis, a mené à un déficit assez important. Pour les deux radars fixes, des ajustements sont toujours en cours.

Sur le territoire de la Côte-de-Beaupré, 2 716 904$ ont été récoltés depuis 2009, pour un total de 20 762 infractions. Le radar le plus payant durant ces huit années aura été le mobile placé à Boischatel. Ce dernier a été responsable à lui seul de l’émission de 5123 constats d’infraction, ce qui a représenté 1 347 651$. Cette somme correspond à près de la moitié (49,6%) du montant total.

«En vertu de la Loi sur le ministère des Transports, les amendes et les frais découlant des infractions détectées par les radars photo et les appareils de surveillance aux feux rouges sont portés au crédit du Fonds de la sécurité routière. Ces sommes ne peuvent être affectées qu’au financement de mesures ou de programmes de sécurité routière et d’aide aux victimes de la route», peut-on lire sur le site internet du ministère des Transports. C’est donc ce à quoi servira les 28,9M$ qui restent dans les coffres du Fonds.

Pour déterminer le lieu d’implantation d’un radar photographique, il faut qu’une problématique d’accidents liés à la vitesse ou à des passages interdits aux feux rouges y ait été décelée, que les caractéristiques géométriques du site y permettent le déploiement d’un appareil et qu’il soit difficile d’y exercer une surveillance policière traditionnelle.

Des chiffres rassurants

Toujours selon ce rapport d’évaluation des cinémomètres photographiques qui couvre l’année 2016, une diminution de la vitesse moyenne captée par les radars a été enregistrée. D’ailleurs, le pourcentage de véhicules qui excède la limite permise est passé de 19,8% en 2010 à 13,2% en 2015, pour l’ensemble du Québec.

Le rapport démontre que l’implantation des radars a vraiment permis de réduire le nombre d’accidents, là où ils ont été implantés. Entre 2005 et 2015, le nombre d’accidents corporels et matériels a diminué de 30,5% au Québec.

Les radars sur la Côte-de-Beaupré

L’Ange-Gardien, à l’intersection de la route 138 et de la rue Casgrin, sur la route 138 en direction nord-est (Fixe)

– Nombre de contraventions: 6503

– Montant: 593 622$

L’Ange-Gardien, à l’intersection de la route 138 et de la rue Casgrain, sur la route 138 en direction nord-est (Feux rouges)

– Nombre de contravention: 31

– Montant: 5209%

Boischatel (Mobile)

– Nombre de contravention: 5123

– Montant: 1 347 651$

Sainte-Anne-de-Beaupré (Route 138)

– Nombre de contravention: 4369

– Montant: 374 095$

Saint-Tite-des-Caps (Route 138)

– Nombre de contravention: 4736

– Montant: 396 327$

TC Media

(Avec la collaboration de Mathieu Turgeon)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *