Actualités
21:35 22 août 2017 | mise à jour le: 22 août 2017 à 21:35 temps de lecture: 4 minutes

Développement Côte-de-Beaupré s’intéresse au Centre des congrès

INFRASTRUCTURE. L’organisme de développement économique veut revigorer le tourisme d’affaires qui s’est effrité sur la Côte-de-Beaupré au cours de la dernière décennie.

On juge que le Centre des congrès ne convient plus au besoin du tourisme d’affaires.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

Il y a dix ans, le Centre des congrès vendait 20 000 nuitées par année. Aujourd’hui, on est à moins de la moitié de ce nombre. «C’est une grosse perte économique pour la Côte, insiste le directeur général de Développement Côte-de-Beaupré, Bernard Paré. Les nuitées en tourisme d’affaires, ce sont les nuitées les plus payantes.»

Si les congressistes se sont faits de plus en plus rares avec les années, c’est que les infrastructures disponibles au pied du Mont-Sainte-Anne n’ont pas été mises au goût du jour. «La clientèle évolue, les besoins ont changé. On est maintenant dans un univers très technologique», remarque Bernard Paré. La concurrence, elle, continue d’évoluer, que ce soit à Saint-Hyacinthe où on a reconstruit complètement à neuf, ou encore de l’autre côté du fleuve, à Lévis, où on s’est modernisé.

Du privé au public

Pour remédier à la situation, Développement Côte-de-Beaupré a décidé de miser sur la rénovation complète du Centre des congrès. Son objectif est de devenir l’exploitant des lieux, en devenant locataire à long terme du bâtiment. «Ça se voit fréquemment dans le commercial de louer une coquille vide à laquelle on finance des améliorations locatives, pour s’assurer que la bâtisse puisse bien remplir la mission qu’on lui donne», explique M. Paré.

Il faut dire que l’idée de faire du Centre des congrès une infrastructure gérée par un organisme public ne date pas d’hier: elle est inscrite dans le plan de développement durable de la région depuis sa création. «Nous sommes convaincus que c’est un projet structurant qui va créer plusieurs emplois dans la région, en plus de stimuler l’économie locale», affirme M. Paré.

La MRC de La Côte-de-Beaupré a choisi d’appuyer Développement Côte-de-Beaupré dans sa démarche, en octroyant 750 000$, via son Fonds de développement régional, à l’organisme pour son projet. Selon Bernard Paré, le projet cadre parfaitement avec la vision de développement durable que prône ce programme. «On rénove un équipement qui est déjà là et on le rend plus performant pour le milieu, illustre-t-il. On crée des emplois qui sont appelés à exister pour de nombreuses années.»

Des critiques avaient été formulées envers le projet de centre des congrès dans la controverse entourant le chemin Cauchon. Des citoyens ne comprenaient pas pourquoi la MRC lui avait accordé une telle somme, alors qu’on leur refusait leur demande d’aide financière. «C’est Développement Côte-de-Beaupré qui va bénéficier des subventions investies dans le centre pour assurer sa rénovation. On veut s’assurer que l’argent public reste au bénéfice du public», assure le directeur général.

Quant aux propriétaires du Château-Mont-Sainte-Anne, leur contribution passe notamment par la rénovation complète de l’ensemble de l’hôtel. «Tu ne peux pas avoir un centre de congrès de première qualité si tes chambres ne le sont pas aussi.» La Ville de Beaupré sera elle aussi un partenaire du projet, mais le dossier doit d’abord cheminer du côté d’Investissement Québec pour s’assurer que l’entente soit réalisée dans les règles de l’art.

Cependant, Bernard Paré demeure prudent: il reste encore quelques étapes à franchir, notamment auprès d’Investissement Québec et du ministère des Affaires municipales, avant que le projet se concrétise. «C’est un modèle qui est encore en évolution», conclut-il.

TC Media 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *