Actualités
14:02 10 janvier 2017 | mise à jour le: 10 janvier 2017 à 14:02 temps de lecture: 4 minutes

Une autre grosse année pour Caroline Simard

POLITIQUE. Maintenant que 2016 est terminée, la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard, a souhaité revenir sur ses 365 derniers jours en poste. Elle s’est dite particulièrement satisfaite de plusieurs réalisations, dont le Centre multifonctionnel de Beaupré et la subvention octroyée à TAG – Travail de rue d’Alternative Jeunesse Mont-Sainte-Anne.

En plus d’être députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard est aussi adjointe parlementaire de la ministre du Tourisme, Julie Boulet. (Photo TC Media – Mathieu Turgeon)

Malgré «l’incident Geoffré Samson», un journaliste radiophonique qui avait fait soulever plusieurs questions sur les façons de procéder de la députée et son équipe, en accusant un attaché politique, épisode que la principale intéressée qualifie «d’histoire malheureuse» avec une personne avec qui elle avait toujours eu de bons contacts, Caroline Simard affirme que la dernière année a été excellente. «Ça a été une très belle année. Pour la Côte-de-Beaupré et l’Île d’Orléans, ça a été très positif, avec un important vent de collaboration, au bénéfice des citoyens et du développement économique de la région. C’est une année qui a permis à la Côte-de-Beaupré de voir la réalisation de beaux projets et d’en faire avancer d’autres qui sont importants.»

Parmi les grandes annonces, Mme Simard est revenue sur le Centre multifonctionnel de Beaupré et la somme de 1,1M$ investie dans les infrastructures sportives. «Ce sont des projets que les citoyens de la Côte-de-Beaupré vont pouvoir utiliser pour les saines habitudes de vie.» Elle a aussi rappelé la réfection de La Grande Ferme (de Saint-Joachim), un projet important (investissement provincial d’environ 1,6M$) pour «le patrimoine de la Côte-de-Beaupré qui est fort présent.»

Faire une différence

Pour Caroline Simard, la vocation politique vient de l’envie de faire une différence chez les citoyens de sa circonscription. «Les projets qui viennent davantage me chercher sont souvent des projets dans lesquels on fait une différence pour les citoyens. En 2015, nous avions réglé 175 cas citoyens, où on a fait des différences directement dans les foyers des citoyens (services, aide à l’accessibilité médicale, etc.). C’est une partie de mon travail que les gens ne connaissent pas toujours», croit-elle.

La députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré s’est dite très fière de l’aide (12 250$) octroyée au projet TAG – Travail de rue d’Alternative Jeunesse Mont-Sainte-Anne en début d’année. «Cette aide leur a permis de poursuivre leur travail qui est très précieux. Je pense aussi à l’aide au regroupement des intervenants culturels, qui ne pouvait poursuivre ses activités sans support. Ce sont deux dossiers où le montant d’argent n’était pas nécessairement énorme par rapport à des annonces de millions, mais qui ont touché les citoyens. C’est dans cette optique que je travaille.»

L’eau potable en détails

«Le dossier de l’eau potable à Sainte-Anne-de-Beaupré est problématique depuis 1998. On connait la problématique qu’il y a eu l’an passé (retrait de la subvention pour le projet), qui a mené à l’injonction (retirée depuis). Mon travail de députée est de continuer à travailler sur ce dossier, parce qu’en 2016, les citoyens ont droit à cette ressource qui est essentielle.»

Une rencontre entre les différentes instances a semblé porter fruit. «Le 4 juillet, j’ai demandé au ministère des Affaires municipales de faire un entretien téléphonique avec le maire [Jean-Luc Fortin] et moi-même. Nous avons proposé une solution au maire et il l’a acceptée. Nous sommes en attente d’une réponse du fédéral qui est impliqué.»

À Lire: Regard vers la nouvelle année

Également à lire: Cinq questions pour connaître Caroline Simard

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *