Actualités
14:00 27 novembre 2012 | mise à jour le: 27 novembre 2012 à 14:00 temps de lecture: 3 minutes

Île d’Orléans: des propriétaires de maisons ancestrales inquiets

Certains propriétaires de maisons ancestrales sur l’île d’Orléans sont inquiets. Le programme d’Aide à la restauration des biens patrimoniaux étant arrêté depuis deux ans en raison de l’absence d’une entente entre la MRC et le ministère de la Culture, un groupe de citoyens ont constitué le Collectif pour la valorisation du patrimoine bâti pour que ce programme soit rétabli.

Jusqu’en 2010, le ministère de la Culture injectait 300 000$ par année pour la sauvegarde du patrimoine bâti sur l’île. Cette entente triennale avec la MRC de l’île d’Orléans permettait de rembourser de 25% à 40% le coût des travaux effectués par des propriétaires sur leurs maisons ancestrales. Ce programme, qui est valide pour tous les arrondissements historiques du Québec, est une façon de compenser le coût des obligations imposées à ses propriétaires par la Loi sur les biens culturels.

En 2011, alors que le programme est de plus en plus connu et que la demande s’accroît, le ministère demande aux municipalités, ou aux MRC, comme c’est le cas sur l’île d’Orléans, de financer le programme à part égale, soit 50% provenant du ministère et 50% des municipalités ou MRC. Pour l’île, le ministère maintiendrait son financement de 300 000$. Avec la part de la MRC, il y aurait donc 600 000$ par année destinés au programme.

L’octroi des fonds se ferait sur la base d’un emprunt par la MRC qui serait remboursé, intérêts compris, sur une période de cinq ans.

Refus

L’ensemble des municipalités ayant un arrondissement historique ont accepté les nouvelles modalités, à l’exception de Percé et des municipalités de l’île d’Orléans. Percé a conclu une entente particulière qui stipule qu’elle versera 250$ pour chaque tranche de 1 000$ versé par le ministère.

Les pouvoirs municipaux de l’île préfèrent que le ministère continue à financer le programme à 100% par le biais de crédit direct. À la suite de rencontres avec des représentants du gouvernement, aucun accord n’est conclu et le programme est suspendu, 12 mois après son expiration.

Collectif

Le Collectif pour la valorisation du patrimoine bâti, fondé en octobre dernier, souhaite que le programme soit rétabli, sans quoi le patrimoine de l’île serait en danger de détérioration. «Ce que l’on veut, c’est que ça bouge. Ça fait depuis 2010 que la situation perdure», explique Céline Pelletier, membre du collectif.

Elle mentionne que certains propriétaires ayant fait des travaux approuvés par la MRC avant la fin de l’entente attendent toujours d’être remboursés. D’autres sont inquiets de voir cette aide disparaître d’autant plus que certaines résidences ont besoin de travaux. Elle indique qu’avoir su, certains propriétaires auraient investi moins d’argent dans certains travaux. Pour l’instant, le collectif compte faire connaître davantage leur situation à la population et aux médias tout en surveillant le dossier auprès de la MRC.

Jean-Pierre Turcotte, préfet de la MRC de l’île d’Orléans, indique qu’une rencontre a eu lieu la semaine dernière, mais que rien de précis n’a encore été fixé. D’autres discussions auront lieu prochainement avec les maires de l’île. M. Turcotte souhaiterait en arriver à une entente avant Noël, affirmant qu’ils seront davantage fixés d’ici trois à quatre semaines.

L’Autre Voix, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *