Actualités
18:30 6 février 2015 | mise à jour le: 6 février 2015 à 18:30 temps de lecture: 3 minutes

Nouveau procédé de décontamination des sols testé à Québec

INNOVATION. Une technique novatrice de décontamination des sols sera mise à l’essai sur le site du futur écoquartier de la Pointe-aux-Lièvre. L’entreprise Métox y installera une usine de traitement portative afin de réhabiliter sur place les tonnes de terre souillée.

Métox réalisera un projet de démonstration d’une durée de deux ans afin de tester un procédé physicochimique de traitement des sols contaminés. La filiale de Tecosol s’emploiera à résoudre certaines problématiques spécifiques, notamment les sols contaminés par des cendres d’incinération. Le potentiel s’annonce toutefois plus large, promettant même de venir à bout des contaminations mixtes à base de métaux lourds et d’hydrocarbures.

«Il s’agit des principaux polluants qu’on retrouve dans les sols industriels et même urbains, notamment ceux ayant accueilli d’anciennes stations d’essence. Le procédé s’annonce très prometteur, c’est pourquoi nous avons accordé notre appui à cette entreprise. Métox a d’ailleurs fait ses preuves à plus petite échelle du côté de la base militaire de Valcartier», précise le maire de Québec, Régis Labeaume.

La décontamination des sites constitue un grand défi, car les méthodes actuelles coûtent très cher. Des terrains centraux restent inoccupés et non réhabilités parce que la facture est souvent trop élevée. Une situation qui pourrait changer si Métox fait la démonstration que son procédé est à la fois plus efficace et rentable.

«Nous avons bon espoir d’y arriver. Présentement, nous prévoyons traiter une tonne de sol contaminé à l’heure. Avec le temps, nous visons atteindre 10 tonnes à l’heure. De plus, un autre attrait de notre concept réside dans l’implantation d’une usine démontable sur le site. On traite donc la terre souillée sur place et on peut la réutiliser immédiatement. Il n’y a plus la nécessité de remplacer le sol pollué et de le transporter vers des centres d’enfouissement spécialisés où le problème reste entier», explique Pierre Dufresne, président de Métox.

Aide financière

Alternative prometteuse à l’enfouissement des sols souillés par des métaux et des hydrocarbures, le procédé Métox se veut une avancée technologique québécoise majeure qui s’inscrit dans les principes du développement durable. Ses concepteurs ont de grandes ambitions pour l’imposer comme une solution efficace et compétitive au traitement des terrains contaminés à la grandeur de la planète.

L’innovation technologique de l’entreprise Métox est le résultat d’un procédé développé par l’Institut national de la recherche scientifique, Centre Eau Terre Environnement (INRS-ETE) et utilisé sous licence. Il bénéfice d’une aide financière de 300 000$, issue du programme de vitrine technologique, dans le cadre de la Stratégie de développement économique de la Ville de Québec à laquelle contribue le gouvernement du Québec.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *