Actualités
22:00 18 décembre 2015 | mise à jour le: 18 décembre 2015 à 22:00 temps de lecture: 3 minutes

Guide de la parfaite halte routière

DÉVELOPPEMENT. Donner une signature unique à chaque municipalité tout en revitalisant la route 138: le nouveau guide de conception de haltes du paysage pour la Côte-de-Beaupré, Charlevoix et Charlevoix-Est propose des idées novatrices pour encourager visiteurs et locaux à profiter du paysage.

L’idée de concevoir un tel outil de référence émane de la table de concertation sur les paysages de la route 138. «Les paysages sont très variables d’un endroit à l’autre, explique la chargée de projet pour ce guide de Développement Côte-de-Beaupré, Françoise Roy. On voulait étudier plus finement les différents lieux et mettre en valeurs leurs caractéristiques propres.»

Plusieurs endroits tout au long de cette artère ont déjà été identifiés lors de la conception du guide comme des lieux où une halte routière serait la bienvenue. «On essaie de trouver des endroits où on a soit une vue sur le fleuve, soit sur les montagnes de l’arrière-pays, renchérit Mme Roy. C’est l’élément le plus important, le panorama.» De Boischatel à Saint-Tite-des-Caps, chaque municipalité possède au moins un lieu potentiel.

Plus que de simples haltes utilitaires, on souhaite donner une signature artistique aux futures haltes routières. «C’est l’occasion pour les municipalités de faire partie d’un réseau, croit Françoise Roy. Ça peut donner le goût aux visiteurs de s’arrêter à un nouvel arrêt à chaque visite.» Des panneaux d’interprétation, des salles de bain, des tables à pique-nique, des œuvres d’art, toutes les idées sont bonnes pour donner de la vie à ces coins de repos.

Des exemples concrets

Deux haltes sont présentement utilisées comme modèle: le parc de l’Anse à Boischatel et la halte de Petite-Rivière-Saint-François. «Boischatel a très bien exploité la vue sur le fleuve dans sa halte, c’est ce qui est mis en valeur, commente Mme Roy. À Petite-Rivière-Saint-François, la sculpture à l’image de la planchiste Dominique Maltais rappelle les traditions du coin.» Selon elle, les haltes deviennent en quelque sorte les vitrines des municipalités.

Certains lieux identifiés sont déjà utilisés par les locaux, explique la chargée de projet, comme c’est le cas au quai Gravel à Château-Richer. «C’est dans l’air du temps de redonner l’accès au fleuve, affirme-t-elle. Pour les résidents, ça développe aussi un sentiment d’appartenance à sa ville.»

En tout, 21 municipalités ont reçu ce guide de conception. La prochaine étape est de concrétiser ces idées. «On est à l’étape de la conception, après viendra la réalisation», selon Mme Roy.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *